Connaître l’occitanisme

L’Occitanie c’est :

15 millions d’habitants
190 000 km²
32 départements de l’Etat français
12 vallées alpines de l’Etat italien

La Val d’Aran de l’Etat espagnol.

carta_occitania_3-2-2

 

Le pays de la langue d’Oc

L’Occitanie comprend :
- La moitié sud de l’Etat français : Provence, Drôme-Vivarais, Auvergne, Limousin, Guyenne, Gascogne et Languedoc [1].
- Les Vallées occitanes, dans les Alpes (état italien) : l’occitan y est langue officielle depuis 2000.
- Le Val d’Aran, dans les Pyrénées (état espagnol) : l’occitan y est langue officielle depuis 1987.
 
L’occitan ou langue d’oc est une langue latine au même titre que l’espagnol, l’italien, le portuguais ou le français. Il connaît six grandes variétés régionales entre lesquelles on se comprend facilement : le provençal (niçois inclus), le vivarais-alpin, l’auvergnat, le limousin, le gascon (béarnais inclus) et le languedocien. Toutes ces variétés d’occitan s’écrivent et sont valables. L’"occitan standard" en est une synthèse.
Le catalan est une langue presque identique à l’occitan et il y a des liens historiques et culturels très forts entre l’Occitanie et les Pays Catalans.

1200 ans d’histoire

La langue occitane est apparue au 9ème siècle : on l’employa aussitôt dans les textes juridiques, puis littéraires, scientifiques et religieux.
L’Occitanie du Moyen-Age était un pays libre, uni par sa culture, mais divisé entre ses souverains : du 11ème au 13ème siècle, les ducs d’Aquitaine, les comtes de Toulouse et les rois catalans rivalisèrent pour unifier le pays.
La littérature occitane fut prospère et glorieuse à cette époque : aux 12ème et 13ème siècles, les troubadours inventèrent l’amour courtois et répandirent la langue d’oc dans tous les milieux cultivés d’Europe. C’est d’ailleurs a la fin du 13ème siècle qu’apparurent les termes langue d’oc, occitan et Occitanie.
Mais les rois de France se mirent progressivement à conquérir l’Occitanie du 13ème au 17ème siècles, en massacrant parfois les populations (ils provoquèrent un million de morts dans la Croisade contre les Albigeois !).
Sous l’Ancien Régime (16ème-18ème siècles), les rois de France supprimèrent les parlements autonomes des régions occitanes. Les nobles et les bourgeois apprirent à parler français, tandis que le peuple restait fidèle à la langue d’oc. En 1539, François Ier imposa dans l’administration le français à la place de l’occitan, par l’Edit de Villers-Cotterêts [2].
En 1789, les comités revolutionnaires voulurent rétablir l’autonomie des régions du " Midi " : ils s’exprimaient en occitan, mais le pouvoir jacobin les neutralisa.
Une grande renaissance de la littérature occitane commença au 19ème siècle et l’écrivain Frédéric Mistral reçut le prix Nobel de littérature en 1904.
Mais à partir de 1881, on punit et on traumatisa les enfants qui parlaient occitan dans les écoles, comme le voulait le ministre Jules Ferry. Cela a plus que jamais dévalorisé la langue : alors que tout le monde parlait occitan en 1914, le français s’impose au cours du 20ème siècle. La situation s’est aggravée lorsque les médias se sont développés en excluant la langue d’oc. Malgré ce recul, la langue occitane continue à vivre et essaie actuellement de prendre un nouvel élan...

Une culture vivante

L’Occitanie a aujourd’hui 15 millions d’habitants : 6 millions d’habitants (presque la moitié) comprennent l’occitan et 3 millions le parlent. Depuis 1945, l’Institut d’Estudis Occitans a modernisé la langue et la culture occitanes. L’occitan s’utilise aujourd’hui dans les styles musicaux et littéraires les plus modernes, comme le rock, le roman policier ou la science-fiction. Il est présent sur l’internet. Des écoles associatives (Calandretas) utilisent l’occitan comme langue d’enseignement.
Le mouvement politique occitan se développe depuis le début du siècle et plus encore depuis l’après-guerre. En 1987, plusieurs organisations ont fusionné pour fonder le Partit Occitan (P.Oc). Le Partit Occitan adhère à Régions et Peuples solidaires (qui regroupe des partis autonomistes et régionalistes de l’état français) ainsi qu’à l’Alliance Libre Européenne (ALE-PDPE).
Cette émergence s’intègre dans un vaste mouvement mondial qui pousse les peuples vers une logique moderne d’organisation, basée sur des faits culturels et humains.
À l’heure de l’Europe des Régions, I’Occitanie peut devenir une fédération de régions fortes, avec une culture dynamique et ouverte sur le Monde.
Occitania es lo futur !
[1Se rattachent à l’Occitanie l’est de la Charente, le sud de l’lsère (sauf Grenoble), les Fenouillèdes et quelques communes de la Loire, du Cher, de l’lndre et de la Vienne. A Bayonne et Biarritz, on parle occitan depuis le 14ème siècle, on y parle également basque depuis le 20ème siècle.
[2L’occitan resta la langue officielle du Béarn jusqu’à l’annexion française de 1620.

Se familiariser avec la langue :

  • Apprendre l'occitan

    1900–1968, OCCITANIE, des idées et des hommes, Laurent Abrate, 2001, ISBN 2-85910-280-9
    OCCITANIE, histoire d’une aliénation, Paul Castéla, ed. Du Beffroi, Millau 1999, ISBN 2-908123-30-4
    Petita istòria europèa d’Occitania, Robert Lafont, 2003, Trabucaire, ISBN 2-912966-73-6
    OCCITANIE, histoire politique et culturelle, Pierre Lavelle, 2004, ISBN 2-85910-350-3
    LA LANGUE D’OC devant l’école (1789-1951), Hervé Terral, 2005, ISBN 2-85910-383-X
    AU-DELÀ DES RIVES, Les Orients d’Occitanie, Alem Surre-Garcia, 2005, ISBN 2-84454-366-9

    La revendicacion autonomista occitana

    La révolution régionaliste, Robert Lafont, Gallimard, 1967
    Autonomie: De la région à l’autogestion, Robert Lafont, Gallimard, 1976
    Projet de Statut d’Autonomie pour l’Occitanie, 1980 : http://partitoccitan.org/article8.html

    Chemins d’Occitanie (politique occitane, 1974-2000), l’Harmattan, 1997, ISBN 2-7384-6057-7 ADEO
    Occitània fàcia al cambiament, Aliròl, Lafont, Tautil, Carbona, oc/fr, ADEO, 2001
    Un siècle d’occitanisme politique, Sèrgi Viaule, fr, ADEO, 2003

    Robert Lafont et l’occitanisme politique, Gérard Tautil, Fédérop, 2011, ISBN 978-2-85792-201-8

Pour en savoir plus :

  • Connaître l'occitanisme

    1900–1968, OCCITANIE, des idées et des hommes, Laurent Abrate, 2001, ISBN 2-85910-280-9
    OCCITANIE, histoire d’une aliénation, Paul Castéla, ed. Du Beffroi, Millau 1999, ISBN 2-908123-30-4
    Petita istòria europèa d’Occitania, Robert Lafont, 2003, Trabucaire, ISBN 2-912966-73-6
    OCCITANIE, histoire politique et culturelle, Pierre Lavelle, 2004, ISBN 2-85910-350-3
    LA LANGUE D’OC devant l’école (1789-1951), Hervé Terral, 2005, ISBN 2-85910-383-X
    AU-DELÀ DES RIVES, Les Orients d’Occitanie, Alem Surre-Garcia, 2005, ISBN 2-84454-366-9

    La revendicacion autonomista occitana

    La révolution régionaliste, Robert Lafont, Gallimard, 1967
    Autonomie: De la région à l’autogestion, Robert Lafont, Gallimard, 1976
    Projet de Statut d’Autonomie pour l’Occitanie, 1980 : http://partitoccitan.org/article8.html

    Chemins d’Occitanie (politique occitane, 1974-2000), l’Harmattan, 1997, ISBN 2-7384-6057-7 ADEO
    Occitània fàcia al cambiament, Aliròl, Lafont, Tautil, Carbona, oc/fr, ADEO, 2001
    Un siècle d’occitanisme politique, Sèrgi Viaule, fr, ADEO, 2003

    Robert Lafont et l’occitanisme politique, Gérard Tautil, Fédérop, 2011, ISBN 978-2-85792-201-8