La mòrt de Mikhail Gorbachev

La mòrt de Mikhail Gorbachev es l’autra fin de l’autre mondeLa mort de Mikhaïl Gorbachev c’est l’autre fin de l’autre monde
Aqueste autre monde, lo que se trobava darrièr lo ridèu de fèrre, aviá un passat tragic, un passiu pesant ; li mancavan tanben perspectivas d’avenir. Gorbachev o aviá comprés. S’agís pas de far de culte de la personalitat, tanpauc d’aver una admiracion sense resèrvas per l’òme que ven de morir mas podèm pas que saludar sas iniciativas, sa capacitat a remetre en causa son monde. Aviá comprés que caliá cambiar aquel sistèma que tuava la libertat, qu’èra totalitari e militarista. Es aquò que fa d’el un personatge qu’aurà marcat l’istòria del sègle XX mai que d’autres. Gorbachev demorarà dins l’istòria coma l’òme qu’aurà comprés que son país deviá sortir de l’embarrament e daissar d’unes pòbles que o desiravan decidir de lor futur. Foguèt lo cas dels pòbles dels Estats dits « satellits » e tanben de pòbles qu’èran dins l’URSS e que prenguèron lo camin de l’autodeterminacion. Auriá pogut, coma los que passèron abans el, causir la via autoritària, la de las certituds. O faguèt pas e liberèt la paraula en permetent l’organizacion d’eleccions libras. Lo risc èra d’autant mai grand que, fàcia a l’URSS, i aviá a aquela epòca de responsables occidentals fòrça dogmatics dins lor liberalisme economic e lors credéncias. Aquò ajudèt pas lo cap del Kremlin. Per prendre la mesura de çò que Gorbachev faguèt, se cal remembrar çò qu’èra l’URSS abans el, d’Estalín en passar per Brejnev. Prenèm tanben la mesura de l’òbra quand ausissèm l’actual president rus, gessit de la maquina repressiva sovietica, regretar que l’URSS aja desapareguda. Es de segur aquela nostalgia qu’explica la guèrra contra l’Ucraina. Benlèu l’occident auriá ganhat a portar mai d’ajuda a Mikail Gorbachev per metre en òbra los cambiaments qu’aurián pogut menar a una democratizacion mens fragila.Cet autre monde, celui qui se trouvait derrière le rideau de fer, avait un passé tragique, un passif lourd ; il lui manquait des perspectives d’avenir et Gorbachev l’avait compris. Il ne s’agit pas de faire dans le culte de la personnalité pas plus que de faire montre d’une admiration sans réserve pour l’homme qui vient de mourir, mais nous ne pouvons que saluer ses initiatives, sa capacité à remettre en cause son monde. Il avait compris qu’il fallait changer ce système qui tuait la liberté, qui était totalitaire et militariste. C’est cela qui fait de lui un personnage qui aura marqué l’histoire du XXème siècle, plus que d’autres. Gorbachev restera dans l’histoire comme l’homme qui aura compris que son pays devait sortir de l’enfermement et laisser les peuples qui le souhaitaient décider de leur futur. Ce fut le cas des peuples des États dits « satellites » et aussi des peuples qui étaient dans l’URSS et qui prirent le chemin de l’autodétermination. Il aurait pu, comme ceux qui l’on précédé, choisir la voie autoritaire, celle des certitudes. Il ne le fit pas et libéra la parole en permettant des élections libres. Le risque était d’autant plus grand que, face à l’URSS, il y avait à cette époque des responsables occidentaux très dogmatiques dans leur libéralisme et leurs croyances. Cela n’aida pas le chef du Kremlin. Pour prendre la mesure de ce que Gorbachev a fait, il faut se rappeler ce qu’était l’URSS avant lui, de Staline à Brejnev. Nous prenons la mesure aussi de son œuvre quand on entend l’actuel président de la Russie, issu de la machine répressive soviétique, regretter que l’URSS ait disparu. C’est sans aucun doute cette nostalgie qui explique la guerre en Ukraine. L’Occident aurait certainement gagné à apporter plus d’aide à Mikhaïl Gorbachev afin qu’il mette en place les changements qui auraient pu mener à une démocratisation moins fragile.