Archives de catégorie : Actu

Occitan·a·s es mai que temps de far de politica. La dintrada 2021, lo 13 de novembre a Narbona.

Il est grand temps de faire de la politique.

Occitanas, occitans dins totas nòstras regions !

Daissèm pas mai d’autres decidir e agir a nòstra plaça.

L’eleccion presidenciala al melhor se pòt presentar coma un combat d’egòs d’una autra epòca, al pièger se mudarà en un jòc de desembalatge e de desbondada de nòstras paurs suspausadas. In fine, lo que serà mens mal elegit trionfarà mas tot aquò demorarà luènh de las preocupacions e de las esperanças nòstras. Lo centralisme tòrna mai fòrt que jamai. Los mediàs son mai centralizats que jamai, lo poder parisenc es de mai en mai estofant.

  • La lenga nòstra es atacada. La lei Molac foguèt censurada per lo Conselh Constitutional.
  • Las novèlas regions son un fracàs. Se plegan a la volontat de Paris.

Es mai que temps de decidir al país per i poder viure e trabalhar !

Pr’aquò, après la presidenciala la campanha de las eleccions legislativas serà un mejan de far ausir nòstra votz. Engatjem-nos ! Donem-nos un projècte portaire d’espèr e d’avenidor !

Los desfís son dels bèls mas los saurem relevar e capitarem en portant de solucions originalas. L’ora es pas a la paur, al replegament identitari exagonal, a cercar de cargar l’ase o d’ensenhar del det ; Es l’ora de l’accion, de la presa en carga de nòstra destinada !

  • Sabem que las grandas questions ecologicas poiràn èstre resolvudas sens tornar lo poder als territòris nòstres.
  • Sabem que salvarem pas la diversitat biologica sens salvar la diversitat lingüistica e culturala.

Deman es nòstre. Amassa lo bastirem ! Fasem pinha ! 

Retrobatz-nos ! Venètz debatre e aprestem amassa lo periòde electoral que se dobrís.

Citoyennes et citoyens des régions occitanes !

Ne laissons plus d’autres décider et agir à notre place.

L’élection présidentielle au mieux se résumera à un combat d’égos d’un autre âge au pire se transformera en un jeu sordide de déballage de nos peurs supposées. In fine, le moins mal élu triomphera mais tout cela restera loin de nos préoccupations et de nos attentes. Le centralisme revient en force. Les médias sont plus centralisés que jamais, le pouvoir parisien est de plus en plus étouffant.

La langue occitane est attaquée. La loi Molac a été censurée par le Conseil Constitutionnel

Les nouvelles régions sont un échec. Elles se plient au bon vouloir de Paris. 

Il est plus que temps de décider au pays pour pouvoir y vivre et y travailler !  

Après la présidentielle la campagne des élections législatives sera, en revanche, un moyen de faire entendre notre voix. Engageons-nous ! Offrons un projet porteur d’espoir et d’avenir !

Les défis sont grands mais nous saurons les relever avec succès en apportant des solutions originales. L’heure n’est pas à la peur, au repliement identitaire hexagonal, à la recherche de boucs émissaires ; Elle est à l’action, à la prise en charge de notre destin ! Nous savons que les grandes questions écologiques ne pourront être résolues sans rendre le pouvoir à nos territoires.

Nous savons qu’on ne sauvera pas la diversité biologique sans sauver la diversité linguistique et culturelle.

 Demain nous appartient, ensemble nous le bâtirons ! Rejoignez-nous ! Venez débattre, et préparons ensemble la période électorale qui s’ouvre. 


Las regions son pas contentas…e après qué ?

Les régions ne sont pas contentes…et après ?

La  reduccion de las dotacions a las regions fan reagir la presidenta Carole Delga. Mas quand an lo poder a París, que siá la dreta o l’esquèrra, fan pas que de recentralizar. 

Las regions pagarán un còp de mai la factura de la politica de recentralizacion que s’afortís dempuèi que Macron es estat elegit.

Son 177 milions d’euros que las regions trobaràn de manca ! Es çò qu’es previst dins la lei de finanças per 2022. Aquò estonarà pas degun. Aquò fa d’annadas que, qual que siá lo poder en plaça a París, los mejans autrejats a las regions demesisson.

Lo president de uei e son govèrn recentralizan, tant que pòdon. Lo quinquenat de Hollande s’acabèt per un lamentable retalhatge de las regions qu’a desembocat sonque sus una complexitat encara mai granda de la pretenduda decentralizacion a la francesa.

Las economias faitas au prejudici de las regions an provocat una reaccion de la presidenta de l’Associacion de las Regions de França, Carole Delga. Mas son de paraulas qu’ausissèm regularament dempuèi 25 ans, a cada còp que talhan dins las ressorças de las regions.

Alavetz qué s’i passa un còp escriuts aqueles comunicats ? Res !

Mas quand an los mejans de decentralizar …o fan pas. Alara perqué s’estonar ?

Dempuèi 1998, quand Lionel Jospin anoncièt sens aver consultat las regions, qu’anava suprimir la part regionala de la taxa d’abitacion, a dreta o a l’esquèrra faguèron pas autra causa que recuolar.

Las regions an pas mai de ressorças fiscalas e vivon sonque de las dotacions (de la benvolença) de l’Estat.

Quand la presidenta de l’ARF afirma que lo govèrn respècta pas las regions e qu’aquestas devon dispausar de mejans per respondre a las demandas dels ciutadans, es vertat.

Mes après qué fasèm ? La regions « a la mesura de l’Euròpa » coma las presentava Manual Valls, foguèron pas qu’una engana.

Macron tanben se trufa de las regions. Esperam totjorn la reforma vertadièra, la decentralizacion vertadièra, coratjosa, la que donarà a las regions poder politic, poder economic e responsabilitats devant los ciutadans.

La réduction des dotations aux régions fait réagir la présidente Carole Delga. Mais lorsqu’elles ont le pouvoir à Paris, la gauche ou la droite recentralisent. 

 Les régions vont encore faire les frais de la politique de recentralisation qui se renforce depuis le début du quinquennat de Macron.

177 millions d’euros en moins pour les régions ! C’est ce qui est prévu par la loi de finances pour 2022.

Cela n’étonnera personne. Cela fait des années que, quel que soit le pouvoir en place à Paris, les moyens des régions sont réduits.

Le président actuel et son gouvernement recentralisent à fond. Le quinquennat Hollande s’est achevé par un lamentable redécoupage des régions qui n’a débouché que sur une complexité encore plus grande de la prétendue décentralisation à la française.

Les économies faites sur le dos des régions fait réagir la présidente de l’Association des Régions de France, Carole Delga. Mais ce sont des mots que l’on entend régulièrement depuis 25 ans, à chaque fois que l’on taille dans les ressources des régions.

Que se passe t-il après les mots et les communiqués ? Rien !

Mais quand on a les moyens de décentraliser…on ne le fait pas. Alors pourquoi s’étonner.

Depuis 1998, lorsque Lionel Jospin annonça sans consulter les régions, la suppression de la part régionale de la taxe d’habitation il n’y a eu, de droite et de gauche, que des reculs. Les régions n’ont plus de ressources fiscales et ne vivent que des dotations (du bon vouloir) de l’État. Alors quand la présidente de l’ARF affirme que l’attitude du gouvernement n’est pas respectueuse et que les régions doivent disposer de moyens pour répondre aux attentes des citoyens, cela est vrai. Mais après, que fait on ? Les régions à taille européenne de Valls et Hollande furent une vaste escroquerie, Macron se moque des régions.

On attend toujours la vraie réforme, la vraie décentralisation, courageuse, celle qui donne aux régions du pouvoir politique, économique ainsi que des responsabilités devant les citoyens.

Solidarité avec les agricultrices et agriculteurs sinistrés par les épisodes de gel !

Les conséquences des températures anormalement basses pour un début avril, en particulier durant les nuits entre les 6 et 8 avril, sont particulièrement lourdes pour l’agriculture. Mais elles se révèlent dramatiques pour l’arboriculture et la viticulture dans bien des régions occitanes.

Les pertes sont lourdes, effrayantes parfois. Pour ne prendre que l’exemple de ces 2 départements, les chiffres de la Drôme et l’Ardèche sont sidérants : 70% de pertes pour l’arboriculture drômoise, 80% pour l’arboriculture ardéchoise ; abricots, pèches, mais aussi cerises, pommes, poires, prunes, … toutes les productions enregistrent des pertes de 80 à 90 % … La viticulture n’a pas été épargnée, les premières estimations donnant des pertes de chiffre d’affaires d’au moins 125 millions d’euros dans les vignobles drômois et ardéchois.

Devant une telle situation, le Partit Occitan tient à exprimer sa totale solidarité avec l’ensemble des femmes et des hommes de ces filières. Car c’est tout un écosystème qui est frappé : producteurs, intermédiaires, salariés, saisonniers, …

Dans nos régions occitanes, les agricultrices et les agriculteurs sont bien plus que les actrices et acteurs engagés de ces secteurs d’activités dynamiques et innovants. Leur rôle est essentiel dans la vie économique, sociale, culturelle et tout simplement humaine de nos territoires. Durant des décennies ils furent les derniers gardiens de ces trésors que sont notre Langue Occitane et de notre culture en les gardant vivaces dans leur quotidien et en faisant raisonner la musique de notre langue dans nos villes et nos campagnes.

Nous devons être à leurs côtés dans cette nouvelle épreuve.

Le gouvernement parisien a certes promis 1 milliard d’euros. En réalité, il n’a rien fait d’autre que de pallier, avec de l’argent public, les carences des assureurs. Malgré les bénéfices à 2 chiffres des assureurs français (respectivement 11, 14 et 13 milliards d’Euros en 2017, 2018 et 2019) nos agriculteurs sont dans l’impossibilité de s’assurer correctement face aux aléas climatiques sans cesse plus nombreux : soit la couverture est insuffisante, soit le coût des polices d’assurance est tellement élevé que certains préfèrent courir le risque de tout perdre.

Il est temps d’agir en profondeur car le dérèglement climatique rendra de tels évènements météorologiques de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. Ne nous leurrons pas, c’est bel et bien à une manifestation du dérèglement climatique que nous avons assisté. Car si les gelées ne sont pas une nouveauté, l’ampleur des dégâts sur les cultures est imputable au fait que ces nuits glaciales ont succédé à des journées anormalement chaudes pour un mois de mars. Ainsi, avec le réchauffement climatique, les bourgeons éclosent plus tôt alors que les gelées d’avril restent présentes. Plus les hivers seront doux, plus ce phénomène se produira, plus son intensité sera grande, plus les dégâts s’alourdiront.

Alors il faut agir à court, moyen et long terme !

Il faut d’abord aider les femmes et les hommes de ce secteur à se protéger des conséquences de ces phénomènes. L’actuel système d’indemnisation des calamités agricoles et assurances privées n’est pas efficient. Le Partit Occitan ne peut que faire siennes les propositions de bon sens de la Confédération paysanne : faire jouer la solidarité inter et intra filières par la création d’un fonds mutuel et solidaire. « Ce fonds serait doté par une solidarité entre les différentes productions et au sein des filières – interprofessions, fournisseurs d’agroéquipements et d’intrants, transformateurs et grande distribution – parce que la production agricole bénéficie à toute la chaîne alimentaire ! ».

Mais nous devons toutes et tous, consommatrices et consommateurs, agir immédiatement en privilégiant les produits de nos régions, les fruits de saison, les productions de qualité qu’elles soient issues de l’agriculture biologique ou raisonnée, en favorisant les circuits courts générateurs de marge, les achats de proximité réduisant l’empreinte carbone, …

La solidarité collective doit aussi venir en aide aux travailleuses et travailleurs de ces secteurs, salariés permanents ou saisonniers. Leurs pertes de revenu doivent être compensées.

Mais les défis majeurs nécessitent un travail en profondeur et des efforts structurels bien plus grands. Il faut dès à présent prendre la mesure du dérèglement climatique et de ses conséquences. Dans les secteurs agricoles et agroalimentaires cela signifie engager des mutations structurelles profondes et encore plus longues qu’ailleurs. Les sommes à mettre en œuvre pour modifier les sélections variétales, les conduites culturales, la gestion des sols, des ressources en eau, … sont telles que la profession seule ne saurait les supporter.

C’est un immense chantier collectif qu’il est urgent d’initier sans attendre. L’argent des contribuables occitans doit prioritairement être investis dans un tel chantier plutôt que dans ceux, autant pharaoniques et coûteux qu’inutiles pour nos économies régionales, des JO parisiens ou du Grand paris ! Il est plus que temps d’investir pour préparer notre avenir et de cesser de dépenser inutilement nos ressources fiscales dans des éléphants blancs d’une région capitale dispendieuse de ressources prélevées d’autorité sur nos territoires.

L’écologie est d’abord un combat quotidien au plus près des habitantes et des habitants de nos territoires. Le Partit Occitan le mène avec détermination ; c’est par écologie des territoires que nous bâtirons le monde d’après !

Plus que jamais il est temps de décider au pays pour pouvoir y vivre et y travailler !

Amassa i arrivarem !

La loi sur les langues : l’aboutissement d’un long combat

Le vote de la loi Molac par les députés peut être considéré comme historique à plusieurs titres. D’abord, la loi précédente, la loi Deixonne, date de 1951, c’est à dire qu’elle fut adoptée il y a 70 ans.

Cela montre combien la France était jusqu’à hier bloquée sur ce sujet des langues. Plus de 70 propositions de loi sur le même thème ont échoué depuis 1958. 

Le vote est historique puisqu’il est le résultat de longues années de combat du monde associatif et du monde politique dans les diverses régions. À l’Assemblée Nationale les arguments éculés qui avaient servi jusqu’à ce jour à repousser toute avancée, n’ont pas eu l’effet escompté. 

Séparatiste, la défense des langues régionales ?

L’allusion ridicule du ministre de l’Éducation au séparatisme a même eu l’effet inverse. Certains députés se sont sentis insultés. Historique aussi parce qu’une nouvelle génération de parlementaires est apparue depuis une dizaine d’années. C’est cela qui a rendu le vote possible.

Paul Molac, député Régions et Peuples Solidaires (groupe Libertés et Territoires)

Paul Molac a  su présenter un texte qui proposait de légaliser des expériences qui ont prouvé leur efficacité. L’immersion par exemple. C’est une évidence que jusqu’à ce jour l’Éducation Nationale refusait. Le mouvement associatif a prouvé que c’était la bonne voie.

L’apprentissage par immersion gagné de haute lutte contre Blanquer

Mais nous ne sommes pas au bout du combat. Une loi n’est pas la réalisation de ce qui est permis. Ce n’est que le début d’un autre combat pour son application. Il va falloir former des enseignants, former des professionnels dans divers domaines et faire en sorte que les décrets d’application ne traînent pas en longueur.

Reste aussi à passer les obstacles que certains vieux opposants ne manqueront pas de mettre en travers de la route, comme l’utilisation de l’article 2. Il n’empêche qu’il faut saluer la patience de Paul Molac et sa détermination.

Le vote a été obtenu avec une majorité indiscutable.

C’est un résultat très significatif. Le gouvernement et le président de la République ont subi un camouflet historique à la hauteur de l’indifférence, et parfois du mépris, dont à fait preuve E. Macron sur ce sujet des langues. 

Entrevista de Paul Molac divendres de matin sus France Inter.

Loi Molac : Mercejaments/Remerciements

Occitans ! : remerciez vos députés qui ont voté la loi « Conforme »

Source : https://www2.assemblee-nationale.fr/scrutins/detail/(legislature)/15/(num)/3569

jean-paul.dufregne@assemblee-nationale.frJean-PaulDufregneAllier
laurence.trastour-isnart@assemblee-nationale.frLaurenceTrastour-IsnartAlpes-Maritimes
loic.dombreval@assemblee-nationale.frLoicDombrevalAlpes-Maritimes
marine.brenier@assemblee-nationale.frMarineBrenierAlpes-Maritimes
fabrice.brun@assemblee-nationale.frFabriceBrunArdèche
herve.saulignac@assemblee-nationale.frHerveSaulignacArdèche
michele.victory@assemblee-nationale.frMicheleVictoryArdèche
benedicte.taurine@assemblee-nationale.frBenedicteTaurineAriège
alain.perea@assemblee-nationale.frAlainPereaAude
daniele.herin@assemblee-nationale.frDanieleHerinAude
mireille.robert@assemblee-nationale.frMireilleRobertAude
anne.blanc@assemblee-nationale.frAnneBlancAveyron
arnaud.viala@assemblee-nationale.frArnaudVialaAveyron
stephane.mazars@assemblee-nationale.frStephaneMazarsAveyron
anne-laurence.petel@assemblee-nationale.frAnne-LaurencePetelBouches-du-Rhône
eric.diard@assemblee-nationale.frÉricDiardBouches-du-Rhône
francois-michel.lambert@assemblee-nationale.frFrancois-MichelLambertBouches-du-Rhône
guy.teissier@assemblee-nationale.frGuyTeissierBouches-du-Rhône
julien.ravier@assemblee-nationale.frJulienRavierBouches-du-Rhône
jean-yves.bony@assemblee-nationale.frJean-YvesBonyCantal
vincent.descoeur@assemblee-nationale.frVincentDescoeurCantal
philippe.chassaing@assemblee-nationale.frPhilippeChassaingDordogne
celia.delavergne@assemblee-nationale.frCeliadeLavergneDrôme
emmanuelle.anthoine@assemblee-nationale.frEmmanuelleAnthoineDrôme
annie.chapelier@assemblee-nationale.frAnnieChapelierGard
anthony.cellier@assemblee-nationale.frAnthonyCellierGard
olivier.gaillard@assemblee-nationale.frOlivierGaillardGard
gisele.biemouret@assemblee-nationale.frGiseleBiemouretGers
alain.david@assemblee-nationale.frAlainDavidGironde
benoit.simian@assemblee-nationale.frBenoitSimianGironde
eric.poulliat@assemblee-nationale.frericPoulliatGironde
sophie.mette@assemblee-nationale.frSophieMetteGironde
veronique.hammerer@assemblee-nationale.frVeroniqueHammererGironde
elisabeth.toutut-picard@assemblee-nationale.frElisabethToutut-PicardHaute-Garonne
joel.aviragnet@assemblee-nationale.frJoelAviragnetHaute-Garonne
pierre.cabare@assemblee-nationale.frPierreCabareHaute-Garonne
sandrine.morch@assemblee-nationale.frSandrineMorchHaute-Garonne
sebastien.nadot@assemblee-nationale.frSebastienNadotHaute-Garonne
isabelle.valentin@assemblee-nationale.frIsabelleValentinHaute-Loire
jean-pierre.vigier@assemblee-nationale.frJean-PierreVigierHaute-Loire
claire.bouchet@assemblee-nationale.frClaireBouchetHautes-Alpes
pascale.boyer@assemblee-nationale.frPascaleBoyerHautes-Alpes
jean-bernard.sempastous@assemblee-nationale.frJean-BernardSempastousHautes-Pyrénées
jeanine.dubie@assemblee-nationale.frJeanineDubieHautes-Pyrénées
christophe.euzet@assemblee-nationale.frChristopheEuzetHérault
emmanuelle.menard@assemblee-nationale.frEmmanuelleMenardHérault
nicolas.demoulin@assemblee-nationale.frNicolasDemoulinHérault
patricia.miralles@assemblee-nationale.frPatriciaMirallesHérault
patrick.vignal@assemblee-nationale.frPatrickVignalHérault
philippe.huppe@assemblee-nationale.frPhilippeHuppeHérault
boris.vallaud@assemblee-nationale.frBorisVallaudLandes
aurelien.pradie@assemblee-nationale.frAurelienPradieLot
huguette.tiegna@assemblee-nationale.frHuguetteTiegnaLot
michel.lauzzana@assemblee-nationale.frMichelLauzzanaLot-et-Garonne
olivier.damaisin@assemblee-nationale.frOlivierDamaisinLot-et-Garonne
andre.chassaigne@assemblee-nationale.frAndreChassaignePuy-de-Dôme
christine.piresbeaune@assemblee-nationale.frChristinePiresBeaunePuy-de-Dôme
david.habib@assemblee-nationale.frDavidHabibPyrénées-Atlantiques
florence.lasserre@assemblee-nationale.frFlorenceLasserrePyrénées-Atlantiques
jean.lassalle@assemblee-nationale.frJeanLassallePyrénées-Atlantiques
josy.poueyto@assemblee-nationale.frJosyPoueytoPyrénées-Atlantiques
vincent.bru@assemblee-nationale.frVincentBruPyrénées-Atlantiques
jean.terlier@assemblee-nationale.frJeanTerlierTarn
marie-christine.verdier-jouclas@assemblee-nationale.frMarie-ChristineVerdier-JouclasTarn
muriel.roquesetienne@assemblee-nationale.frMurielRoquesEtienneTarn
sylvia.pinel@assemblee-nationale.frSylviaPinelTarn-et-Garonne
valerie.rabault@assemblee-nationale.frValerieRabaultTarn-et-Garonne
edith.audibert@assemblee-nationale.frÉdithAudibertVar
philippe.michel-kleisbauer@assemblee-nationale.frPhilippeMichel-KleisbauerVar
valerie.gomez-bassac@assemblee-nationale.frValerieGomez-BassacVar
julien.aubert@assemblee-nationale.frJulienAubertVaucluse
souad.zitouni@assemblee-nationale.frSouadZitouniVaucluse

Lèi Molac Prèst-a-mandar / Trousse d’action

Deux étapes :

  1. Contacter les membres de la commission des affaires culturelles et de l’éducation de l’Assemblée Nationale
    • Avant le 30 mars (la commission siège le 31 mars)
  2. Contacter ses députés
    • Avant le 7 avril (la proposition de loi est votée à l’AN le 8 avril)

Signez la pétition

Soutenez le passage en seconde lecture de la Proposition de Loi Molac grâce à la pétition mise en ligne par le collectif  » Pour Que Vivent Nos Langues « .

Faites-le savoir / Dites-le nous

Le collectif  » Pour Que Vivent Nos Langues  » #pqvnl tient un décompte des députés contactés ainsi que leurs intentions. Consultez la carte.

Faites connaître votre action dans les réseaux sociaux de votre choix.

Le lien vers la page Facebook du collectif  » Pour Que Vivent Nos Langues « .

Partager sur

Ressources

Langues régionales en France : État des lieux et perspectives d’avenir

À l’occasion de la Journée internationale de la langue maternelle, la Délégation du Gouvernement de Catalogne en France a le plaisir de vous inviter le 22 février à 18h30 au débat en ligne « Langues régionales en France : état des lieux et perspectives d’avenir ».

Interviendront dans ce débat la sénatrice des Pyrénées-Atlantiques, Frédérique Espagnac, le député du Morbihan, Paul Molac, auteur de la proposition de loi relative à la promotion et protection des langues régionales et Joaquim Nadal, ancien ministre du gouvernement catalan et rapporteur au Parlement de Catalogne de la proposition de loi de politique linguistique de Catalogne en 1997. Le débat sera animé par Michel Feltin-Palas, rédacteur en chef de L’Express, spécialiste des régions.

Lien vers la conférence

LIBERTÉS ET SÉCURITÉ : UNE NOUVELLE DOCTRINE DIGNE D’UNE DÉMOCRATIE 

Au Partit Occitan, nous saluons les Marches de la Liberté organisées à l’initiative de la Coordination Stop Loi Sécurité Globale. L’escalade de la violence à l’œuvre est mortifère et indigne de la France et de ce qu’elle se dit représenter.  Nous nous associons au mouvement de refus grandissant des violences policières et de la législation qui les autorise. La liberté de manifester, d’informer et de dénoncer les abus est au cœur de nos démocraties.  Le transfert de compétences aux polices municipales et encore plus privées, est impossible en l’état actuel des collectivités territoriales, sans autonomie financière.  Le droit pour les forces de l’ordre d’entrer sans autorisation dans les établissements, dont les écoles, constitue une entrave à l’exercice des services publics, ainsi qu’à l’expression  des mouvements sociaux pacifiques.
 
Au-delà de l’exigence de retrait de la proposition de loi « Sécurité globale » c’est bien à la refonte complète et profonde de notre système de sécurité  qu’il convient de s’atteler sans délai, en toute sérénité et en concertation avec l’ensemble des forces de propositions présentes, du citoyen au Parlement. L’intelligence collective doit s’exprimer, faisons-lui confiance.
Ce glissement autoritaire relaie objectivement les thèmes de l’extrême droite. C’est son programme qui est mis en application. Les seuls résultats visibles à ce jour sont le désordre, la défiance et l’explosion des clivages au sein de la société française. 
 
Composante démocratique et de progrès, le Partit Occitan entend porter de nombreuses propositions destinées à :
reconsidérer en profondeur la doctrine de maintien de l’ordre pour mettre fin à ses dérives violentes et liberticides
 – revisiter et évaluer l’arsenal des lois  « sécurité » votées depuis une décennie ;
 -dissoudre  l’IGPN1 et créer une instance démocratique à l’image de la structure britannique homologue. 
améliorer le recrutement, la formation initiale et continue ainsi que les conditions de travail des personnels de police, de gendarmerie et de justice;
associer à la lutte contre le terrorisme,  l’arrêt des discriminations xénophobes en France ;
associer l’armée à des missions de service public. Par exemple auprès des régions sinistrées, comme la Roya en Provence ;
inclure les  citoyennes et citoyens que nous sommes, ainsi que nos élu·e·s, au contrôle de ces secteurs régaliens ;
 
Le Partit Occitan, en coordination avec Région et Peuple Solidaires, participera activement aux échéances électorales à venir. Ce sera  pour nous l’occasion de présenter et de préciser nos propositions et de les soumettre au débat.
 
 
1         IGPN : Inspection générale de la Police nationale.

Per nòstras lengas : se mobilizar lo 10 d’octobre

Lo Partit Occitan s’associa evidentament a la jornada del 10 d’octobre organizada pel collectiu « Pour que vivent nos langues ».

Dempuèi sa creacion lo Partit Occitan liga la question lingüitica a la question de l’autonomia e del drets dels pòbles a cultivar lor identitat culturala.

Malgrat totas las recomandacions, las alèrtas dels organismes internacionals, França demòra un país ont nòstras lengas son en perilh de disparicion. Es vertat tanben per la lenga occitana qu’es menaçada de mòrt.

Lo P.ÒC considèra que i a pas cap de fatalitat dins aquela situacion. Es lo produit d’una politica lingüistica contrària a tots los principis que França preten de portar al defòra.

La diversitat culturala se pòt pas limitar a la defensa del francés. Nòstras lengas necessitan una politica activa dins l’espaci public l’ensenhament, los mèdias e la societat en general.

Es per denonciar l’actitud dels govèrns franceses, que se seguisson e que se semblan, sus aquela question que demandam a totas e a totes de participar d’un biais o d’un autre a las manifestacions que se debanaràn lo 10 d’octobre.

 

Pour nos langues : mobilisation le 10 octobre

Le Parti Occitan s’associe à la journée du 10 octobre organisée par le collectif « Pour que vivent nos langues ». Depuis sa création le Parti Occitan lie la question de la langue, de la culture, de l’autonomie et du droit pour chaque peuple à cultiver sa diversité culturelle.

Malgré toutes les recommandations des organisations internationales, la France continue à être un territoire où les langues meurent. Elles sont menacées de mort et en ce qui nous concerne c’est la langue occitane qui risque de disparaître.

Il ne s’agit pas d’une fatalité mais du refus de la France de mettre en place une politique favorable au développement de nos langues. La France continue à prêcher à l’extérieur des principes qu’elle n’applique pas chez elle. Elle fait le contraire. La défense de la diversité culturelle ne peut se limiter à la défense de la langue française.

Il nous faut des mesures concrètes, une politique linguistique active dans le domaine de l’enseignement, des médias, de la vie publique et de la vie sociale en général.

C’est pour dénoncer l’attitude sur cette question des gouvernements français successifs, que nous appelons à participer d’une façon ou d’une autre aux actions qui sont organisées ce 10 octobre pour « que vivent nos langues ! ».