Archives de catégorie : Comunicats

La mòrt de Mikhail Gorbachev

La mòrt de Mikhail Gorbachev es l’autra fin de l’autre mondeLa mort de Mikhaïl Gorbachev c’est l’autre fin de l’autre monde
Aqueste autre monde, lo que se trobava darrièr lo ridèu de fèrre, aviá un passat tragic, un passiu pesant ; li mancavan tanben perspectivas d’avenir. Gorbachev o aviá comprés. S’agís pas de far de culte de la personalitat, tanpauc d’aver una admiracion sense resèrvas per l’òme que ven de morir mas podèm pas que saludar sas iniciativas, sa capacitat a remetre en causa son monde. Aviá comprés que caliá cambiar aquel sistèma que tuava la libertat, qu’èra totalitari e militarista. Es aquò que fa d’el un personatge qu’aurà marcat l’istòria del sègle XX mai que d’autres. Gorbachev demorarà dins l’istòria coma l’òme qu’aurà comprés que son país deviá sortir de l’embarrament e daissar d’unes pòbles que o desiravan decidir de lor futur. Foguèt lo cas dels pòbles dels Estats dits « satellits » e tanben de pòbles qu’èran dins l’URSS e que prenguèron lo camin de l’autodeterminacion. Auriá pogut, coma los que passèron abans el, causir la via autoritària, la de las certituds. O faguèt pas e liberèt la paraula en permetent l’organizacion d’eleccions libras. Lo risc èra d’autant mai grand que, fàcia a l’URSS, i aviá a aquela epòca de responsables occidentals fòrça dogmatics dins lor liberalisme economic e lors credéncias. Aquò ajudèt pas lo cap del Kremlin. Per prendre la mesura de çò que Gorbachev faguèt, se cal remembrar çò qu’èra l’URSS abans el, d’Estalín en passar per Brejnev. Prenèm tanben la mesura de l’òbra quand ausissèm l’actual president rus, gessit de la maquina repressiva sovietica, regretar que l’URSS aja desapareguda. Es de segur aquela nostalgia qu’explica la guèrra contra l’Ucraina. Benlèu l’occident auriá ganhat a portar mai d’ajuda a Mikail Gorbachev per metre en òbra los cambiaments qu’aurián pogut menar a una democratizacion mens fragila.Cet autre monde, celui qui se trouvait derrière le rideau de fer, avait un passé tragique, un passif lourd ; il lui manquait des perspectives d’avenir et Gorbachev l’avait compris. Il ne s’agit pas de faire dans le culte de la personnalité pas plus que de faire montre d’une admiration sans réserve pour l’homme qui vient de mourir, mais nous ne pouvons que saluer ses initiatives, sa capacité à remettre en cause son monde. Il avait compris qu’il fallait changer ce système qui tuait la liberté, qui était totalitaire et militariste. C’est cela qui fait de lui un personnage qui aura marqué l’histoire du XXème siècle, plus que d’autres. Gorbachev restera dans l’histoire comme l’homme qui aura compris que son pays devait sortir de l’enfermement et laisser les peuples qui le souhaitaient décider de leur futur. Ce fut le cas des peuples des États dits « satellites » et aussi des peuples qui étaient dans l’URSS et qui prirent le chemin de l’autodétermination. Il aurait pu, comme ceux qui l’on précédé, choisir la voie autoritaire, celle des certitudes. Il ne le fit pas et libéra la parole en permettant des élections libres. Le risque était d’autant plus grand que, face à l’URSS, il y avait à cette époque des responsables occidentaux très dogmatiques dans leur libéralisme et leurs croyances. Cela n’aida pas le chef du Kremlin. Pour prendre la mesure de ce que Gorbachev a fait, il faut se rappeler ce qu’était l’URSS avant lui, de Staline à Brejnev. Nous prenons la mesure aussi de son œuvre quand on entend l’actuel président de la Russie, issu de la machine répressive soviétique, regretter que l’URSS ait disparu. C’est sans aucun doute cette nostalgie qui explique la guerre en Ukraine. L’Occident aurait certainement gagné à apporter plus d’aide à Mikhaïl Gorbachev afin qu’il mette en place les changements qui auraient pu mener à une démocratisation moins fragile.

Université d’été de Régions et Peuples Solidaires – Aix les Bains

membre de la fédération R&PS

Régions et Peuples Solidaires propose des réponses aux crises majeures

Changement climatique, crise sanitaire, incendies, inquiétudes alimentaires, logement, paix en Europe, énergie : la fédération Régions et Peuples Solidaires réunie en Savoie, fait des propositions pour plus d’efficacité avec au centre de ses réflexions plus de pouvoirs aux « régions », plus d’autonomie et plus de fédéralisme.  

Régions & Peuples Solidaires  a tenu son université d’été et son congrès cette semaine à Aix-les-Bains en Savoie.

Durant ces quatre jours de travail la fédération a mis sur la table l’ensemble des sujets qui sont au cœur des préoccupations du moment et toutes les questions auxquelles notre société sera confrontée dans les décennies qui viennent.

La crise climatique, la crise énergétique, la guerre en Europe, la pandémie qui a sévi durant plus de deux années, obligent l’ensemble des forces politiques à proposer des réponses en matière de ressource en eau, d’énergie, d’organisation du système de santé,  de sécurité alimentaire, de paix en Europe. Régions & Peuples Solidaires entend apporter des réponses à partir de ses convictions régionalistes. R&PS réaffirme la nécessité de construire une Europe des peuples où les « régions » auront un rôle majeur à jouer.  

Dans les motions votées, on note la volonté de décentraliser au maximum afin d’en finir avec l’inefficacité de décisions de l’État, que ce soit en matière de santé, de politique énergétique, de logement, de transports, de sécurité alimentaire, de prévention des crises sanitaires. R&PS met l’accent aussi sur une nouvelle façon de répondre aux conséquences du changement climatique (incendies géants, sécheresse, agriculture…)

Sur chaque sujet, avec des propositions concrètes, R&PS démontre que la décentralisation améliore l’efficacité de l’action publique et fait progresser la démocratie.    

Les intervenants et les débats qui ont eu lieu à Aix-les Bains ont aussi mis en lumière l’intérêt grandissant de l’opinion pour les idées régionalistes. Ce sont les idées que R&PS porte depuis sa création, il y a plus près de trente ans. Les résultats obtenus par les partis et formations appartenant à la fédération lors des dernières élections législatives et la nouvelle force d’attraction de R&PS matérialisée lors des législatives par la constitution d’un « pôle régionaliste » avec une dizaine d’organisations partenaires en sont la preuve.  

R&PS a noté aussi le rôle important joué par ses parlementaires comme par exemple ses députés à l’Assemblée Nationale au sein du  groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires qu’ils ont contribué à créer. R&PS prend aussi sa place dans les débats au Parlement européen par le biais de l’Alliance Libre Européenne.

Enfin, le Congrès a investi un nouveau bureau, mixte et élargi. Un nouveau Président a également été élu. L’eurodéputé François Alfonsi succède à Gustave Alirol qui ne se représentait pas. Son action a la tête de R&PS été saluée de façon unanime. La nouvelle équipe, en place pour deux ans, aura pour principaux axes de travail de consolider le « pôle régionaliste » initié lors des législatives, de préparer les futures échéances électorales – et les élections européennes en particulier – ainsi que de moderniser les statuts de R&PS.

Lydie Massard et David Grosclaude, co-porte-paroles de Régions et Peuples Solidaires 

Composition du nouveau Bureau Fédéral :

  • Président: François Alfonsi
  • Trésorier: Bruno Le Clainche
  • Secrétaire: Claude Barbier
  • Co-porte-paroles : David Grosclaude et Lydie Massard
  • Vice-président.e.s : Antonia Luciani, Magali Gozzi, Anne-Marie Hautant, Jordi Vera et Georges Trouillet

Les principales motions votées

Nucléaire : quand le civil et le militaire se confondent

—Eau : l’absolue nécessité de devenir sobres

—Vivre et se loger au pays

—Hopital public : retisser les liens de proximité et de confiance

Sur les conditions de transport des animaux vivants destinés à la consommation humaine

Accord de libre échange avec la Nouvelle-Zélande

Quels moyens de lutte contre les incendies ?

Le chemin de l’Europe passe par Strasbourg

Justice et vérité pour Yvan Colonna et solution politique pour la Corse

Arrêt de la répression et de la désinformation contre le mouvement indépendantiste catalan.

Motion de soutien à Vincenzo Vecchi.

Occitanas d’aicí e d’endacòm mai de còr e d’òc : ENDAVANT / Occitanes d’ici et d’ailleurs de cœur et d’Oc

Sèm quelques femnas que participam a la mesa en plaça de candidaturas occitanistas per las eleccions legislativas venentas.
Son nombroses los combats occitanistas menats pel biais d’accions ditas « culturalas ». Es un investiment nòble e las femnas i participan en nombre. Mes…es que los resultats son satisfasents : los pòstes d’ensenhants, la cultura, la lenga dins l’espaci public, los mèdias, l’autonomia de las regions, la responsabilitat dels elegits, lo desvolopament economic de nòstres territòris, l’emplec, la formacion, tanben la de fòrça naut nivèl, lo lotjament, la qualitat de vida, l’egalitat, la justícia sociala, l’ecologia ? Totes aquels tèmas necessitan que siam engatjats totes e TOTAS, nombroses e subretot NOMBROSAS
Sol lo terrenh politic permetrà d’avançar. Las legislativas de junh de 2022 son lo moment que cal per afirmar nòstras valors. Aquò o devèm tanben a la joventut qu’es sovent desesperada e qu’espèra, çaquelà, fòrça de nosautres. E I A PAS DEGUN PER FAR LO TRABALH A NÒSTRA PLAÇA.
Son ja 25 a 30 candidat.a.s dispausauts a partir mas i a sonque una desena de femnas ! Alara, podèm far una jòga !!! Sus tot lo territòri occitan 50 candidaturas amb la paritat. Siá 25 femnas e 25 òmes.
ÒC, la preséncia de femnas candidatas es INDISPENSABLA e, de mai, aquò fa partida de nòstra vision de la politica.
Sul territòri occitan aquelas candidaturas seràn autonòmas, sens acòrd amb cap de partit exagonal que siá. Regions & Pòbles Solidaris, que coordona las candidaturas dels partits regionalistas e autonomistas de Bretanha, Corsega, Catalonha, Alasàcia, País-Basco, Savòia, met de mejans tecnics a nòstra disposicion per capitar aquela traucada de la vision regionalista e autonomista. Los Occitans fan lor part del trabalh gràcias a de monde venguts d’orizonts divèrs e totes estacats a l’idèa d’un territòri occitan que va de Gasonha a Provença e de Lengadòc a Auvèrnha.
Lo dret de votar per las femnas foguèt una luta. Nòstra vision del monde es indispensabla per superar los desfís que venon. Èstre candidata es un primièr pas. La paritat es una oportunitat.
Occitanas ! Devèm ausar, aver d’audàcia. Endavant !
Apelatz nos, escrivetz-nos e vos explicarem cossí farem.
Se cal afanar ! I a urgéncia.

Nous sommes quelques femmes à participer à la mise en place de candidatures occitanistes pour les prochaines élections législatives.
Nombreux sont les combats occitanistes menés au travers d’actions dites «culturelles ». Cet investissement est noble et les femmes y sont nombreuses. Mais … les résultats sont-ils au niveau : les postes d’enseignants, la culture, la langue dans l’espace public, les médias, l’autonomie des régions, la responsabilité des élus, le développement économique de nos territoires, l’emploi, la formation y compris de très haut niveau, le logement, la qualité de vie, l’égalité, la justice sociale, l’écologie ? Tous ces thèmes nécessitent que nous nous engagions tous et TOUTES, nombreux et surtout NOMBREUSES.
Seul le terrain politique permettra d’avancer. Les législatives de juin 2022 sont ce moment
d’affirmation de nos valeurs. Nous le devons aussi à cette jeunesse qui désespère et qui attend tant de nous. Et PERSONNE NE FERA LE TRAVAIL À NOTRE PLACE.
Déjà 25 à 30 candidat.e.s sur la ligne de départ et seulement une dizaine de femmes ! Faisons les paris !!! Sur tout le territoire occitan 50 candidatures avec la parité. Soit 25 femmes et 25 hommes.
OUI la présence des femmes candidates est INDISPENSABLE et en plus cela fait partie de
notre vision de la politique.
Sur le territoire occitan ces candidatures seront autonomes, sans accord avec un quelconque parti hexagonal. Régions & Peuples Solidaires, qui coordonne les candidatures des partis régionalistes de Bretagne, Corse, Catalogne, Alsace, Pays-Basque, Savoie, met des moyens techniques et financiers à notre disposition pour réussir cette percée de la vision régionaliste et
autonomiste. Les Occitans y prennent leur part grâce à des gens venus de divers horizons mais tous attachés à l’idée d’un territoire occitan allant de la Gascogne à la Provence et du Languedoc à l‘Auvergne.
Le droit de vote des femmes a été un combat. Notre vision du monde est indispensable dans les défis à venir. Être candidate est un premier pas. La parité est une opportunité
Osons , osons Occitanes ! Endavant !
Appelez nous , écrivez-nous et on vous expliquera comment on va s’y prendre.
Faites vite ! C’est urgent.

Anne Marie Hautant

Thérèse de Boissezon

Domenja Lekuona

Karine Bordenave

Tel 06 10 27 61 20

Tel 06 78 38 27 82

amhautant.poc@orange.fr

t.deboissezon@gmail.com

domenja@gmail.com

karinebordenave@sfr.fr

Corsega : perqué an esperat tant de temps ?/ Corse : pourquoi avoir attendu si longtemps ?

Çò que se passa a prepaus de Corsega sembla fòrça un biais d’encoratjar la violéncia. Es de non pas comprendre en Republica.

Fa d’annadas que los partits nacionalistas ganhan las eleccions, que son majoritaris a l’Assemblada de Corsega e que presidisson l’executiu còrse.

Fa d’annadas que lo poder central parisenc refusa de dialogar amb los representants elegits del pòble còrse sus la question de l’autonomia.

Es sonque en seguida de nueits e de jorns de manifestacions fòrça violentas que lo poder executiu francés pren, enfin, la decision de metre sus la taula las questions que son pausadas dempuèi d’annadas pels elegits còrses. S’agís plan d’un biais d’encoratjar la violéncia coma arma politica pr’amor las vias democraticas classicas foncionan pas. Sèm dins lo domèni de la provocacion.

Aquò es vertat per las discussions sus l’estatut de l’isla coma es vertat per las discussions pertocant l’estatut dels prisonièrs còrses, que lo retorn dins una preson còrsa es demandat fa fòrça temps.

L’incapacitat del poder central que per tractar amb serenitat de tèmas que preocupan las populacions es inquietanta. Es la manifestacion d’una flaquesa democratica, particularament sensibla dins los domènis que son la descentralizacion del poder e la reconeissença de las identitats culturalas e lingüisticas.

Que la violéncia siá l’unica faiçon de se poder far ausir del poder central mòstra plan coma una administracion centrala, esclerozada, condescendenta, auturosa pòt èstre mespresanta.

Que los responsables politics practiquen aquel jòc nos pòrtan una pròva de mai que lo centralisme es un perilh per la democracia e la patz sociala.

Ce qui se passe à propos de la Corse ressemble beaucoup à un encouragement à la violence. C’est absolument incompréhensible en République.

Voilà des années que les partis nationalistes gagnent les élections, qu’ils sont majoritaires à l’Assemblée de Corse et qu’ils président l’exécutif corse.

Depuis des années le pouvoir central parisien refuse de dialoguer avec les représentants élus du peuple corse sur la question de l’autonomie.

Ce n’est qu’après des journées et des nuits de manifestations très violentes que le pouvoir exécutif français se décide enfin à mettre sur la table les sujets qui lui sont soumis depuis des années par les élus corses. Il s’agit bien d’un encouragement à la violence comme arme politique puisque les voies démocratiques classiques ne fonctionnent pas. Nous sommes aux limites de la provocation.

Cela est vrai pour les discussions sur le statut de l’île ainsi que sur le statut des prisonniers corses dont le retour dans une prison de Corse est demandé depuis très longtemps.

Cette incapacité du pouvoir central à savoir traiter dans la sérénité des sujets qui préoccupent les populations est inquiétante. Elle est la manifestation d’une faiblesse démocratique, particulièrement sensible dans les domaines que sont la décentralisation du pouvoir et la reconnaissance des identités culturelles et linguistiques.

Que la violence soit la seule façon de se faire entendre du pouvoir central montre le mépris dont est capable une administration centrale sclérosée, hautaine, et condescendante. Que les responsables politiques rentrent dans ce jeu nous prouve une fois de plus que le centralisme est un péril pour la démocratie et la paix sociale.

Lo president rus met en perilh la patz del monde / Le président russe met en péril la paix du monde

L’imperialisme rus e las elucubracions de V.Potin meton en perilh la patz de l’Euròpa e del monde.

L’ataca aviada aqueste 24 de febrièr es inacceptabla.

Nòstra solidaritat va primièr al pòble d’Ucraina qu’es la victima majora d’aquela guèrra.

L’Union europèa es mesa a l’espròva per aquestes eveniments. Son unitat serà un element màger per que la resisténcia al dictator rus, e a son armada, siá eficaça.

Las annadas que venon de passar e la politica russa que consistís a roganhar de territòris amb d’arguments faus de proteccion de populacions russofònas, mòstran clarament que l’Union Europèa se dèu refortir per poder resistir a l’accion de responsables politics fanatizats per un nacionalisme e un chauvinisme descabestrats.

Las primièras sanccions economicas que son estadas presas, representan una primièra responsa a l’agression. De sanccions suplementàrias devon arribar.

Aquesta guèrra, e las sanccions que son estadas presas contra la Russia, auràn de consequéncias sus nòstra vida vidanta (aprovesiments divèrs, creissença dels prètzes…) mes es segurament lo prètz que cal pagar per sostenir los ucrainians e s’opausar als projèctes expansionistas de V.Potin.

Nòstra solidaritat dèu anar tanben cap als ciutadans russes, estacats a la democracia e a lor cultura, que s’opausan a la dictatura deu Kremlin e que refusan la guèrra. Existisson, e son mai nombroses que pòt semblar. Son victimas de la repression e de la propaganda e devon èstre sostenguts. Tre que lo sistèma qu’es en plaça au Kremlin s’afondrarà, calrá enfin que la Russia prenga lo camin de la democracia.

Mai que jamai una Euròpa federala, de las fòrtas, sembla èstre la sola vertadièra solucion per una patz durabla sus l’ensemble de nòstre continent.

L’impérialisme russe et les élucubrations de V.Poutin mettent en péril la paix en Europe et dans le monde.

L’attaque qui a été lancée ce 24 février est totalement inacceptable.

Notre solidarité va au peuple d’Ukraine qui est la première victime de cette guerre.

L’Union Européenne est mise à l’épreuve par ces événements. Son unité sera un élément majeur pour que la résistance au dictateur russe et à son armée soit efficace.

Les années passées et le grignotage territorial russe sous des prétextes fallacieux de protection de populations russophones, montrent à l’évidence que l’Union Européenne doit se renforcer pour résister à l’action de responsables politiques aveuglés par un nationalisme et un chauvinisme débridés.

Les premières sanctions économiques qui ont été prises sont un premier élément de réponse à l’agression. D’autres doivent venir.

Cette guerre et les sanctions qui sont prises contre la Russie, auront des conséquences sur notre vie quotidienne (approvisionnements divers, hausse des prix …) mais c’est sans doute le prix à payer pour soutenir les ukrainiens et s’opposer aux projets expansionnistes de V.Poutin.

Notre solidarité doit aussi aller aux citoyens russes, attachés à la démocratie et à leurs culture, qui s’opposent à la dictature du Kremlin et qui refusent la guerre. Ils existent et sont plus nombreux qu’il n’y paraît. Victimes de la répression et de la propagande, ils doivent être soutenus. Dès que le système en place au Kremlin s’effondrera il faudra enfin que la Russie prenne le chemin de la démocratie.

Plus que jamais une Europe fédérale forte apparaît comme la seule véritable solution pour une paix durable sur l’ensemble de notre continent.

Per rapòrt a « Bastir Occitanie », la posicion del Partit Occitan

De negociacions se debanèron a la fin del mes de decembre entre lo Partit Occitan e d’unes grops e personas per veire s’èra possible de metre en plaça de candidaturas comunas e dubèrtas per las legislativas de junh de 2022.

Dins los grops que parlavan ambe nosautres i aviá « Bastir Occitanie ».

 Aquel grop a decidit, al mes de genièr, de participar a la creacion d’una federacion de partits regionalistas de l’Estat francés, un còp que nòstras discussions avián començat.

Avèm constatat que dins aquela federacion se trobava un grop provençau que son amira e sas accions antioccitanistas son claras e reivindicadas.

Avèm informat « Bastir Occitanie » que comprendriam pas que trabalhèssen ambe nosautres, Partit Occitan, e en meteis temps ambe un grop que s’opausa regularament a nòstre partit en Provença.

Tanben, avem constatat que de relacions entre de militants d’aquela organizacion provençala e de partits d’extrèma drecha nos semblavan claras e evidentas.

Avèm demandat als responsables de « Bastir Occitanie » de clarificar lor situacion. Sense clarificacion consideram qu’es pas possible de seguir de discussions.

Contunham de segur de trabalhar e de discutir amb de personas fòra de nòstre partit, que se reivindican clarament de l’occitanisme, qu’afirman clarament que Provença, amb son identitat, fa partida de la granda Occitania, coma es lo cas d’autras regions occitanas qu’an lor personalitat mas que son unidas per la lenga d’òc e qu’an d’interèsses en comun del punt de vista politic, economic, cultural e ecologic. 

Per lo Partit Occitan, lo secretari

David Grosclaude

Omenatge a Gèli Grande

A Gèli Grande 

No’m sovieni pas a quin moment rencontrèi a Gèli, mes que hè hòrt de temps. 

Que’m brembi hòrt plan deu periòde que passèm amassas com estudiants a l’universitat de Bordèu. 

Evidentament Gèli Grande qu’èra dejà a l’epòca un militant occitanista. Las soas conviccions qu’èran claras e que podom militar amassas en aqueste periòde.

Que podom participar per las annadas 1976 e 1977 a quauques manifestacions organizadas a Bordèu devath lo tèma de l’epòca « Volem Viure al País ». 

Hòrt viste Gèli que’s virè cap au Partit Nacionalista Occitan. 

Que demorèi a l’epòca, per la mea part dens ua via que disen mei culturau. Mes Gèli com jo que sabèvam que los limits enter çò de culturau e çò de politic que son tèunas e permeablas. N’a pas empachat que pendent annadas que demorèm en contacte.

Que i avèva la soa passion per lo rugbi e que’m brembi plan de la soa luta entà har tornar la finala deu  «campionat de França » de rugbi en país occitan, dab La Mesclanha.

Logic quan sabem que las equipas finalistas èran quasi tostemps occitanas. Tolosa, Bordèu, Marselha, Clarmont, serén estadas vilas mei adaptadas au debanament d’aquera finala. 

Puish qu’avom relacions regularas deu temps quan m’encargavi de La Setmana. A Gèli que l’interessava d’escríver suu rugbi,mes tanben sus tèmas politics. 

Que’ns tornèm trobar en 2010 quan estoi elegit a la region e que m’encarguèi de la politica linguistica. 

A maugrat las diferéncias de punt de vista politic que demorèm en contacte, convençuts los dus que las divergéncias èran minimas comparadas dab las convergéncias. 

Aus sons amics, a la soa companha que voi díser lo men tristèr mes tanben la mea simpatia. Lo combat que’u contunharam, en pensar au Gèli, segur. 


David Grosclaude    

A Pèire Boissièras

Lo Partit Occitan vòl saludar lo Pèire Boissièras que ven de nos daissar

Serà sepelit aqueste dimècres dins la comuna de Gavaudun.

Es de segur coma cantaire, collectaire e transmeteire d’una cultura musicala populara que se faguèt conéisser per las annadas que venon de passar.

Mas Pèire èra tanben un òme del terraire, de la tèrra. Mas èra pas un nostalgic.

Aviá de rasigas pregondas mas son mestièr dins l’agronomia lo menèt

En America centrala quand èra mai jove.

Occitan, venguèt un occitanista. Trabalhèt dins lo domèni de l’ensenhament de l’agricultura abans de causir de viure de sa passion qu’èra lo cant.

Son biais de cantar, de viure la cançon l’avèm podut presar dins mais d’una de nòstras amassadas.

Pèire èra tanben dempuèi fòrça longtemps un militant politic, engatjat al Partit Occitan.

Foguèt conselhèr municipal e tanben conse de sa petita comuna rurala.

Participèt ambe nosautres a de combats politics nombroses, d’eleccions. Totjorn dins

La volontat de trobar l’escota de totas e de tots, èra pas jamai dins l’arrogància o la radicalitat.

Lo Partit Occitan vòl saludar lo Pèire Boissièras que ven de nos daissar

Serà sepelit aqueste dimècres dins la comuna de Gavaudun.

Es de segur coma cantaire, collectaire e transmeteire d’una cultura musicala populara que se faguèt conéisser per las annadas que venon de passar.

Mas Pèire èra tanben un òme del terraire, de la tèrra. Mas èra pas un nostalgic.

Aviá de rasigas pregondas mas son mestièr dins l’agronomia lo menèt

En America centrala quand èra mai jove.

Occitan, venguèt un occitanista. Trabalhèt dins lo domèni de l’ensenhament de l’agricultura abans de causir de viure de sa passion qu’èra lo cant.

Son biais de cantar, de viure la cançon l’avèm podut presar dins mais d’una de nòstras amassadas.

Pèire èra tanben dempuèi fòrça longtemps un militant politic, engatjat al Partit Occitan.

Foguèt conselhèr municipal e tanben conse de sa petita comuna rurala.

Participèt ambe nosautres a de combats politics nombroses, d’eleccions. Totjorn dins

La volontat de trobar l’escota de totas e de tots, èra pas jamai dins l’arrogància o la radicalitat.

Saludam doncas l’amic, lo militant e l’artista que trobarem de manca.

Es pas mòrt lo « tot TGV » / Le « tout TGV » n’est pas mort

Les collectivités vont payer 1,7 milliards d’euros pour une ligne Bordeaux-Toulouse et Bordeaux-Dax.Le centralise appliqué aux transports est un gaspillage d’argent public.
La grande folie des LGV a repris. On aurait pu croire que les leçons de ces dernières années avait fait comprendre que le tout TGV était une erreur, économique, écologique et en matière d’aménagement du territoire. Mais il n’en est rien. Les collectivités territoriales sont appelées à financer la ligne nouvelle entre Bordeaux et Toulouse et entre Bordeaux et Dax. Le coût pour les collectivités concernées (ainsi que de celles qui ne verront pas passer un seul km de voie LGV) sera de 1,7 milliards d’euros. L’État ne s’engagera qu’à hauteur de 40% du projet. L’Europe devrait en financer 20%. Le reste sera payé par les collectivités (départements, communautés de communes et d’agglomérations, région Nouvelle Aquitaine). La Région Nouvelle Aquitaine a déjà voté le principe de payer plus de 700 millions d’euros. Les contribuables de nos régions vont donc payer une fois de plus pour que « l’on aille plus vite à Paris ». Le centralisme est pourtant un mal connu avec ses conséquences sociales, économiques, écologiques, culturelles. Et pourtant on continue ce petit jeu qui pour les collectivités est un jeu perdant-perdant. Elles payent pour déménager le territoire et pas pour un développement équilibré. Les trains du quotidien continueront à fonctionner aussi mal (suppressions quotidiennes, retards, manque de fiabilité). Et pourtant on dépensera des milliards pour gagner quelques minutes. Ce seront des minutes très chères. Le refus de s’engager vers la rénovation et la modernisation des lignes existantes, solution plus économique, plus écologique et toute aussi efficace quant au temps de parcours, montre que la question du train n’est pas encore comprise par les responsables de nos collectivités.Le train ce n’est pas aller plus vite à Paris mais c’est se déplacer de façon économique, écologique et fiable sur son territoire, celui où l’on vit chaque jour, celui qui mérite d’être entretenu et desservi correctement pour se développer.