Archives de catégorie : En dirècte

COMMUNIQUE DE PRESSE PARTIT OCCITAN A PROPOS DES RETRAITES


Le partit Occitan s’oppose au projet de réforme du système des retraites qui va être présenté lundi 23 janvier. Le POC soutient le mouvement de mobilisation, notamment intersyndical, qui demande son retrait. 

Ce projet propose des mesures très dures pour les travailleuses et travailleurs et aucune contrainte, ni financière, ni organisationnelle, pour les employeurs.

Sans planète, pas de retraite !

C’est une banderole que l’on a pu voir lors de la grande mobilisation du 19 janvier 2023 .

R&PS N’ACCEPTE PAS LE PROJET ACTUEL DE RÉFORME DES RETRAITES

Régions et Peuples Solidaires dit son opposition au projet de fixer à 64 ans, et à fortiori à 65 ans, l’âge légal de la retraite. Le projet que porte le gouvernement est injuste.

Sur un tel sujet, la prise en compte des propositions émanant des organisations syndicales et de l’ensemble des organisations politiques est une nécessité absolue, sur le plan démocratique et social. 

Lire le communiqué sur le site de Régions et Peuples Solidaires (RPS).

Antilhas : sosten a las organizacions que reclaman justícia dins l’afar del clordecone

Diluns 2 de genièr de 2023, se desliurèt una ordenança de non-luòc dins l’enquista sus l’empoisonament per aquel pesticida utilizat pels camps de bananas a las Antilhas fins a 1993. Reconeissença d’un “escandale sanitari”, mas pas de perseguidas judiciàrias.

L’expausat dels motius pòrta d’en primièr sus l’ignorància pels poders publics de la dangerositat del produit a l’epòca. 

Mas, s’esperèt 1993 per interdire aquel pesticida cancerogène alara que sa toxicitat e sa persisténcia son coneguts dempuèi 1969, d’aprèp lo rapòrt de la  comission d’enquista senatoriala de novembre de 2019. E d’autres païses n’avián interdit l’usatge plan abans, coma los Estats-Units en 1976. 

Mai de 90% de la populacion de Martinica e de Guadalopa es pertocada, totjorn expausada, e per de sègles, a las contaminacions contengudas dins los sòls, la mar e la cadena alimentària.

Seriá normal de s’acontentar del as compensacions pels cases individuals ? Amb lo gra dels problèmas e de las dificultats per tocar las reparacions que coneisson per exemple las victimas de l’amiant dins plan de regions, o las dels ensags nuclears en Polinesia francesa.

Coma aquò se passa dins unes departaments d’Oltra-mar, l’Estat compta sul silenci en metropòli per amagar l’afar alara que la situacion pòt èsser l’escasença per un plan de reabilitacion, tant sanitària coma ecologica e economica. 

Lo Partit Occitan (PÒC) sosten las organizacions ultramarinas que demandan justícia e engatjan unes recorses dins aquel sens.

Antilles : soutien aux organisations qui réclament justice dans l’affaire du chlordécone

Lundi 2 janvier 2023, a été délivrée une ordonnance de non-lieu dans l’enquête sur l’empoisonnement à ce pesticide utilisé dans les champs de bananes aux Antilles jusqu’en 1993. Reconnaissance d’un “scandale sanitaire”, mais pas de poursuites judiciaires.

L’exposé des motifs porte notamment sur l’ignorance par les pouvoirs publics de la dangerosité du produit à l’époque.

Or, ce pesticide cancérogène n’a été interdit qu’en 1993 alors que sa toxicité et sa persistance sont connues depuis 1969, d’après le rapport de la  commission d’enquête sénatoriale de novembre 2019. Et d’autres pays avaient interdit son usage antérieurement, les Etats-Unis en 1976.

       Plus de 90% de la population de la Martinique et de la Guadeloupe est impactée, toujours exposée, et pour des siècles, aux contaminations contenues dans les sols, la mer et la chaîne alimentaire.

Serait-il normal d’en rester au dédommagement de cas individuels? Avec le degré d’aléas et de difficultés pour obtenir des réparations  que connaissent par exemple les victimes de l’amiante dans de nombreuses régions, ou celles des essais nucléaires en Polynésie française.

        Comme il s’agit de départements d’Outre-mer, l’Etat compte sur le silence en métropole pour étouffer l’affaire. Alors que cela devrait être l’occasion d’un plan  de réhabilitation, tant sanitaire qu’écologique et économique.

Le Partit occitan (POC) soutient les organisations ultramarines qui demandent justice et engagent des recours dans ce sens.   

Visca la lucha emancipatriça del pòple kurde e de la comunautat kurda en Francia!

COMUNICAT – lo 28 décembre 2022 

En París, lo 22 de décembre, tres Kurdes son estats assassinats dinc una fusilhada : Emina Kara, una responsabla majora del Moviment de las femnas kurdas en Francia, lo cantaire Mir Perwer, refugiat politic, e un òme vielh qu’a consagrat la seva vida a la defensa d’aquela causa.

Lo Partit Occitan exprimís sa compassion e sa solidaritat ambe totas las victimas d’aqueste òrre assassinat (tres autras personas nhacadas), ambe lhors pròchis tanben. Lo POC demanda que las autoritats francesas faguan tota la lutz subre aquel acte racista, mai terrorista, coma aquò fuguèt lo cas ambe l’assassinat de tres femnas responsablas politicas – la capolièira e cofondatriça del PKK (Partit dels trabalhadors  del Kurdistan), Sakine Cansiz, Fidan Dogan, « la diplomata » e Leyla  Saylemez, que mainejava lo moviment de jovença del partit, lo 9 de genièr de  2013 per un agent dels servicis secrets turcs. Per informacion, l’administracion francesa aviá refusat l’asili politic a Emine Kara alara qu’aquesta militanta menava batuesta contra Daesh en Siria. Los governs successius, desempuèi 15 ans, aparan pas activament la comunautat kurda, ni l’ensemble dels exilats e refugiats de Turquia.

Segon Berivan Firat, pòrta paraula de las relacions  fòrencas del Conselh democratic  kurde en Francia (CDKF), « nòstra comunautat es estada directament ciblada. Causir lo moment d’un acamp de feministas que devian apreparar las commemoracions del 9 de genièr de 2013 ten pas nimai d’un còp d’astre. S’agis d’un acte politic que ten dau terrorisme e non del sol racisme. E se s’agissiá  d’un assassinat sonca, ren empacha pas de pensar que l’individú  a poscut èsser  orientat per los « Lops gris » que son d’especialistes de la manipulacion e dels atemptats politics  en Francia e en Euròpa.  Dinc los fachs, ciblan en prioritat las militantas e militants kurdes  que simbolisan e encarnan las luchas transnacionalas contre los regimes nacionalistes e autoritaris. »

D’uèi, Francia se cala per pas malcontentar lo regime fasciste d’Erdogan. Francia e l’Union europenca  devon trencar aquel silenci vergonhós e contra productiu.

Per memòria, los Kurdes èran un pòple de gaireben 10 millions de personas en 1919. La Francia de Clemençau s’es opausada a la creacion d’un estat kurde (lo Kurdistan),  preferant crear, ambe la complicitat de l’Anglaterra, quatre Estats artificiaus centralisats sensa tèner compte  dels pòples d’aquelas regions : atal lo pòple kurde fuguèt escampat arbitrarament subre l’Irak, l’Iran, la Siria e la Turquia. D’onte los confictes recurrents desempuèi mai d’un sègle… per la subrevida d’aqueste pòple, de sa lenga e de sa cultura.

Maldespièch aquelas empachas, aquel pòple valent, per lo biais de sa branca armada, los Pechmergas, a saupegut menar batuesta contra Daesh (l’Estat islamic) en Siria e lucha per instaurar un Estat democratic, multi-etnic e desliurant las femnas, lo Rojava, aquò dinc un contexte de guerra permanenta, confrontat qu’es a las provocacions del regime turc. Un esemple d’elaboracion emancipatriça, de far valèr dinc una temporada de regressions nacionalistas e xenofobas.

En aqueles titols, lo Partit Occitan sosten calorosament lo pòple kurde e sa comunautat installada en Francia.

Vive la lutte émancipatrice du peuple kurde et de la communauté kurde de France !

COMMUNIQUE – le 28 décembre 2022

A Paris, le 22 décembre, trois Kurdes ont été assassinés au cours d’une fusillade: Emine Kara, une importante responsable du Mouvement des femmes kurdes en France, le chanteur Mîr Perwer, réfugié politique, et un homme âgé qui a consacré sa vie à la défense de cette cause.

Selon Berivan Firat, porte-parole des relations extérieures du Conseil démocratique kurde en France (CDKF), « notre communauté a été directement visée. Choisir le moment d’une réunion des féministes qui devaient préparer les commémorations du 9 janvier 2013 ne relève pas non plus du hasard. Il s’agit d’un acte politique qui relève du terrorisme et non du seul racisme. Et s’il s’agissait d’un assassinat « seulement » raciste, rien n’interdit de penser que l’individu a pu être orienté par les « Loups gris », qui sont devenus des spécialistes de la manipulation et des attentats politiques en France et en Europe. Dans les faits, ils ciblent en priorité les militantes et militants kurdes qui symbolisent et incarnent les luttes transnationales contre les régimes nationalistes et autoritaires. »

 Le Partit occitan exprime sa compassion et sa solidarité avec toutes les victimes de cet horrible assassinat (trois autres sont blessés), avec leurs proches aussi. Le POC demande que les autorités françaises fassent toute la lumière sur cet acte raciste, voire terroriste, comme cela a été le cas avec l’assassinat de trois femmes responsables politiques – la dirigeante et cofondatrice du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan), Sakine Cansiz, Fidan Dogan, « la Diplomate », et Leyla Saylemez, qui encadrait le mouvement de jeunesse du parti-, le 9 janvier 2013 par un agent des services secrets turcs. Pour information, l’administration française avait refusé l’asile politique à Emine Kara alors que cette militante a combattu Daesh en Syrie. Les gouvernements successifs, depuis 15 ans, ne protègent pas activement la communauté kurde, ni l’ensemble des exilé·es et des réfugié·es de Turquie.

Aujourd’hui, la France se tait pour ne pas déplaire au régime fasciste d’Erdogan. La France et l’Union européenne doivent briser ce silence honteux et contre-productif.

Pour mémoire, les Kurdes étaient un peuple d’environ 10 millions de personnes en 1919. La France de Clémenceau s’est opposée à la création d’un Etat kurde (le Kurdistan), préférant créer, avec la complicité de l’Angleterre, quatre Etats artificiels centralisés sans tenir compte des peuples de ces régions: ainsi le peuple kurde fut réparti arbitrairement sur l’Irak, l’Iran, la Syrie et la Turquie. D’où les conflits récurrents depuis plus d’un siècle…pour la survie de ce peuple, de sa langue et de sa culture.

En dépit de ces obstacles, ce peuple valeureux, par le biais de sa branche armée, les Pechmergas, a su combattre Daesh (l’Etat islamique) en Syrie et tente d’instaurer un Etat démocratique, multi-ethnique et libérant les femmes, le Rojava, cela dans un contexte de guerre permanente, confronté qu’il est notamment aux provocations du régime turc. Un exemple d’élaboration émancipatrice, à faire valoir dans cette période de régressions nationalistes et xénophobes.

A tous ces titres, le Partit occitan soutient  chaleureusement le peuple kurde et sa communauté installée en France.

Annexe :   lire également l’article ci-après   
Frappes aériennes turques sur le Rojava (R&PS, 13 décembre 2022)

Lo Partit Occitan en congrès los 11 e 12 de novembre

Lo Partit Occitan serà en congrès a Nimes los 11 e 12 de novembre.

Las questions politicas que cal debatre mancan pas.

L’occitanisme politic se dèu posicionar e dèu discutir de totas las questions que se pausan dins nòstre monde e dins nòstra epòca.

Segur lo Partit occitan a ja pres de posicions claras — e o faguèt fa de temps — sus las questions ecologicas, sul cambiament climatic, sus l’energia, sus la distribucon de la riquesas, sus la partz e la securitat, sus la creissença de las ideas d’estrema dreta …e d’autras questions encara. Mas lo monde bolèga, se tornar posicionar es necessari.

Tanben, lo POc dèu tirar las leçons de las eleccions legislativas passadas. 32 candidat·a·s se presentèron, çò qu’es istoric e que cal mençonar dins un contèxte de demobilizacion politica.

Los militants·a·s del POc son convidat·a·s mas pòdon venir tanben las que voldrián participar a l’accion politica occitanista e portar lor pèira als debats.

Lo Partit Occitan sera en congrès à Nîmes les 11 et 12 novembre.

Les questions politiques à débattre ne manquent pas.

L’occitanisme politique doit se positionner et doit discuter de toutes les questions qui se posent dans notre monde et à notre époque.

Assurément le Partit occitan a déjà pris des posicions claires — et l’as fait il y a longtemps — sur les questions écologiques, sur le changement climatique, sur la distribution des richesses, sur la paix et la sécurité, sur la montée des idées d’extrème-droite … e d’autres questions encore. Mais le monde change, se repositionner est nécessaire.

Également, le POc doit tirer les leçons des élections législatives passées. 32 canditat·e·s se présentèrent, ce qui est historique et qu’il faut mentionner dans un contexte de démobilisation politique.

Les militant·e·s du POc sont invité·e·s mais aussi peuvent venir ceux qui voudraient participer à l’action politique occitaniste et porter leur voix aux débats.

Informacion sus : https://partitoccitan.org

Partit Occitan - Image en avant

La mòrt de Mikhail Gorbachev

La mòrt de Mikhail Gorbachev es l’autra fin de l’autre mondeLa mort de Mikhaïl Gorbachev c’est l’autre fin de l’autre monde
Aqueste autre monde, lo que se trobava darrièr lo ridèu de fèrre, aviá un passat tragic, un passiu pesant ; li mancavan tanben perspectivas d’avenir. Gorbachev o aviá comprés.

S’agís pas de far de culte de la personalitat, tanpauc d’aver una admiracion sense resèrvas per l’òme que ven de morir mas podèm pas que saludar sas iniciativas, sa capacitat a remetre en causa son monde.

Aviá comprés que caliá cambiar aquel sistèma que tuava la libertat, qu’èra totalitari e militarista. Es aquò que fa d’el un personatge qu’aurà marcat l’istòria del sègle XX mai que d’autres.

Gorbachev demorarà dins l’istòria coma l’òme qu’aurà comprés que son país deviá sortir de l’embarrament e daissar d’unes pòbles que o desiravan decidir de lor futur. Foguèt lo cas dels pòbles dels Estats dits « satellits » e tanben de pòbles qu’èran dins l’URSS e que prenguèron lo camin de l’autodeterminacion.

Auriá pogut, coma los que passèron abans el, causir la via autoritària, la de las certituds. O faguèt pas e liberèt la paraula en permetent l’organizacion d’eleccions libras.

Lo risc èra d’autant mai grand que, fàcia a l’URSS, i aviá a aquela epòca de responsables occidentals fòrça dogmatics dins lor liberalisme economic e lors credéncias. Aquò ajudèt pas lo cap del Kremlin.

Per prendre la mesura de çò que Gorbachev faguèt, se cal remembrar çò qu’èra l’URSS abans el, d’Estalín en passar per Brejnev. Prenèm tanben la mesura de l’òbra quand ausissèm l’actual president rus, gessit de la maquina repressiva sovietica, regretar que l’URSS aja desapareguda.

Es de segur aquela nostalgia qu’explica la guèrra contra l’Ucraina. Benlèu l’occident auriá ganhat a portar mai d’ajuda a Mikail Gorbachev per metre en òbra los cambiaments qu’aurián pogut menar a una democratizacion mens fragila.
Cet autre monde, celui qui se trouvait derrière le rideau de fer, avait un passé tragique, un passif lourd ; il lui manquait des perspectives d’avenir et Gorbachev l’avait compris.

Il ne s’agit pas de faire dans le culte de la personnalité pas plus que de faire montre d’une admiration sans réserve pour l’homme qui vient de mourir, mais nous ne pouvons que saluer ses initiatives, sa capacité à remettre en cause son monde. Il avait compris qu’il fallait changer ce système qui tuait la liberté, qui était totalitaire et militariste.

C’est cela qui fait de lui un personnage qui aura marqué l’histoire du XXème siècle, plus que d’autres.

Gorbachev restera dans l’histoire comme l’homme qui aura compris que son pays devait sortir de l’enfermement et laisser les peuples qui le souhaitaient décider de leur futur. Ce fut le cas des peuples des États dits « satellites » et aussi des peuples qui étaient dans l’URSS et qui prirent le chemin de l’autodétermination.

Il aurait pu, comme ceux qui l’on précédé, choisir la voie autoritaire, celle des certitudes. Il ne le fit pas et libéra la parole en permettant des élections libres.


Le risque était d’autant plus grand que, face à l’URSS, il y avait à cette époque des responsables occidentaux très dogmatiques dans leur libéralisme et leurs croyances. Cela n’aida pas le chef du Kremlin.

Pour prendre la mesure de ce que Gorbachev a fait, il faut se rappeler ce qu’était l’URSS avant lui, de Staline à Brejnev. Nous prenons la mesure aussi de son œuvre quand on entend l’actuel président de la Russie, issu de la machine répressive soviétique, regretter que l’URSS ait disparu.

C’est sans aucun doute cette nostalgie qui explique la guerre en Ukraine. L’Occident aurait certainement gagné à apporter plus d’aide à Mikhaïl Gorbachev afin qu’il mette en place les changements qui auraient pu mener à une démocratisation moins fragile.
Image en tête
Image en avant

Université d’été de Régions et Peuples Solidaires – Aix les Bains

membre de la fédération R&PS

Régions et Peuples Solidaires propose des réponses aux crises majeures

Changement climatique, crise sanitaire, incendies, inquiétudes alimentaires, logement, paix en Europe, énergie : la fédération Régions et Peuples Solidaires réunie en Savoie, fait des propositions pour plus d’efficacité avec au centre de ses réflexions plus de pouvoirs aux « régions », plus d’autonomie et plus de fédéralisme.  

Régions & Peuples Solidaires  a tenu son université d’été et son congrès cette semaine à Aix-les-Bains en Savoie.

Durant ces quatre jours de travail la fédération a mis sur la table l’ensemble des sujets qui sont au cœur des préoccupations du moment et toutes les questions auxquelles notre société sera confrontée dans les décennies qui viennent.

La crise climatique, la crise énergétique, la guerre en Europe, la pandémie qui a sévi durant plus de deux années, obligent l’ensemble des forces politiques à proposer des réponses en matière de ressource en eau, d’énergie, d’organisation du système de santé,  de sécurité alimentaire, de paix en Europe. Régions & Peuples Solidaires entend apporter des réponses à partir de ses convictions régionalistes. R&PS réaffirme la nécessité de construire une Europe des peuples où les « régions » auront un rôle majeur à jouer.  

Dans les motions votées, on note la volonté de décentraliser au maximum afin d’en finir avec l’inefficacité de décisions de l’État, que ce soit en matière de santé, de politique énergétique, de logement, de transports, de sécurité alimentaire, de prévention des crises sanitaires. R&PS met l’accent aussi sur une nouvelle façon de répondre aux conséquences du changement climatique (incendies géants, sécheresse, agriculture…)

Sur chaque sujet, avec des propositions concrètes, R&PS démontre que la décentralisation améliore l’efficacité de l’action publique et fait progresser la démocratie.    

Les intervenants et les débats qui ont eu lieu à Aix-les Bains ont aussi mis en lumière l’intérêt grandissant de l’opinion pour les idées régionalistes. Ce sont les idées que R&PS porte depuis sa création, il y a plus près de trente ans. Les résultats obtenus par les partis et formations appartenant à la fédération lors des dernières élections législatives et la nouvelle force d’attraction de R&PS matérialisée lors des législatives par la constitution d’un « pôle régionaliste » avec une dizaine d’organisations partenaires en sont la preuve.  

R&PS a noté aussi le rôle important joué par ses parlementaires comme par exemple ses députés à l’Assemblée Nationale au sein du  groupe Libertés, indépendants, outre-mer et territoires qu’ils ont contribué à créer. R&PS prend aussi sa place dans les débats au Parlement européen par le biais de l’Alliance Libre Européenne.

Enfin, le Congrès a investi un nouveau bureau, mixte et élargi. Un nouveau Président a également été élu. L’eurodéputé François Alfonsi succède à Gustave Alirol qui ne se représentait pas. Son action a la tête de R&PS été saluée de façon unanime. La nouvelle équipe, en place pour deux ans, aura pour principaux axes de travail de consolider le « pôle régionaliste » initié lors des législatives, de préparer les futures échéances électorales – et les élections européennes en particulier – ainsi que de moderniser les statuts de R&PS.

Lydie Massard et David Grosclaude, co-porte-paroles de Régions et Peuples Solidaires 

Composition du nouveau Bureau Fédéral :

  • Président: François Alfonsi
  • Trésorier: Bruno Le Clainche
  • Secrétaire: Claude Barbier
  • Co-porte-paroles : David Grosclaude et Lydie Massard
  • Vice-président.e.s : Antonia Luciani, Magali Gozzi, Anne-Marie Hautant, Jordi Vera et Georges Trouillet

Les principales motions votées

Nucléaire : quand le civil et le militaire se confondent

—Eau : l’absolue nécessité de devenir sobres

—Vivre et se loger au pays

—Hopital public : retisser les liens de proximité et de confiance

Sur les conditions de transport des animaux vivants destinés à la consommation humaine

Accord de libre échange avec la Nouvelle-Zélande

Quels moyens de lutte contre les incendies ?

Le chemin de l’Europe passe par Strasbourg

Justice et vérité pour Yvan Colonna et solution politique pour la Corse

Arrêt de la répression et de la désinformation contre le mouvement indépendantiste catalan.

Motion de soutien à Vincenzo Vecchi.

Un pilar de l’occitanisme nos a quitat. Mòrt de Crestian Rapin

Omenatge a l’escrivan e militant occitan Crestian Rapin / Hommage à l’écrivain et militant

Lo Cristian Rapin, que foguèt un dels fondators de l’associacion ven de defuntar.
Defensor permanent de la lenga, poèta, linguiste, va daissar un grand voide dins l’occitanisme e dins nòstre còr.
Adiu Cristian.

Ceremonia religiosa a la glèisa de Laròca Timbaud divendres 5 d’agost a 14 oras seguida de la cremacion al funerarium de Lafocs a 15 oras 30.
Cérémonie religieuse à l’église de Laroque Timbaut vendredi 5 août à 14 h suivie de la crémation au funérarium de Lafox à 15 h 30.

Petit rappel historique de la création de l’association 

(d’après l’article de Marie-Anne Chateaureynaud et Céline Piot : https://journals.openedition.org/lengas/1771)

En 1973, c’est à Villeneuve-sur-Lot, au lycée Georges Leygues, que se déroule la deuxième université occitane d’été qui, chaque année, rassemble dans une ville différente des étudiants et des enseignants du Midi de la France sous la direction scientifique et pédagogique de Pierre Bec, romaniste, professeur à l’université de Poitiers et président de l’Institut d’Etudes Occitanes, et Robert Lafont, professeur de lettres classiques et un des fondateurs du mouvement politique « Lutte occitane ». L’organisation matérielle et une partie de l’animation sont confiées à des enseignants lot-et-garonnais : Marceau Esquieu, Christian Rapin et Jean Rigouste. Conçues comme des rencontres de l’Institut d’Études occitanes, elles doivent faire le point sur l’avancée aussi bien des études littéraires, linguistiques, historiques que des expériences culturelles et artistiques. Elles sont également des lieux d’échanges libres entre chercheurs et militants occitanistes et enfin un moyen de formation d’animateurs de l’action occitane. Les sessions de ces universités sont d’une grande qualité, à tel point cependant qu’une inadéquation entre le très haut niveau de la session et l’attente des stagiaires se fait jour.

Aussi, les trois Lot-et-Garonnais, forts de leur expérience d’enseignants et de celle de l’organisation d’une dizaine de stages, de veillées et de soirées, se réunissent-ils à Agen chez Jean Rigouste et décident-ils en 1974 de fonder un niveau intermédiaire entre le niveau scolaire et universitaire : l’École occitane d’été4. Affiliée au Centre régional d’études occitanes, elle est tout de suite placée sous l’égide du recteur d’Académie. Comme il travaille au lycée Georges Leygues, Marceau Esquieu en profite pour y récupérer du matériel ; il s’occupe aussi des formalités administratives. L’université de 1973 apparaît aujourd’hui comme un rassemblement précurseur de tous les stages de l’École Occitane d’été.

Les trois fondateurs, qui baignent dans la langue occitane depuis leur enfance – c’est par exemple la langue quotidienne des parents de Jean Rigouste et des habitants de son village natal de Labastide-Murat dans le Lot –, connaissent tous les occitanistes du Sud de la France. Il leur est donc facile de trouver des formateurs qui viennent du Lot-et Garonne mais aussi de Gascogne, du Périgord et de toute l’Occitanie.

Les trois fondateurs

Pour des raisons professionnelles, les fondateurs de l’École occitane d’été se connaissent très bien, étant de la même génération et travaillant tous les trois en Lot-et-Garonne.

Né en 1931 à Nadalie (Lot-et-Garonne) et décédé en 2015, Marceau Esquieu, parallèlement à son métier de professeur de lettres classiques et d’occitan à Villeneuve-sur-Lot de 1957 à 1992, est aussi un écrivain, poète et conteur. Ses poèmes, nouvelles, récits, souvenirs et pièces de théâtre ont longtemps été éparpillés mais sont désormais regroupés dans l’Institut d’Estudis occitans. Marceau Esquieu a également participé à plusieurs émissions de télévision pédagogiques sur l’occitan, telle Parlar occitan, produites par FR3 Aquitaine de 1983 à 1985, puis écrit et dit les textes de la série Istòrias d’Aquitania en 1985. En tant que conteur, il a fait de nombreuses tournées dans les écoles et des communes bien au-delà de son lieu d’origine.

Bien que né à Clamart (Seine, aujourd’hui Hauts-de-Seine) en 1931, Christian Rapin est originaire d’une famille de Tonneins en Lot-et-Garonne. Professeur d’espagnol à Agen, il devient conseiller en occitan de l’Inspection pédagogique. Poète, écrivain et linguiste, il est l’auteur de plusieurs nouvelles, romans et poèmes et aussi d’un dictionnaire français-occitan en sept volumes publié entre 1991 et 2013.

Quant à Jean Rigouste, originaire du Lot et professeur de lettres à Agen, il a publié, entre autres, une Anthologie de l’expression en Agenais occitan (1978) et Parli occitan, un manuel d’initiation à l’occitan.

Autour de ce trio, d’autres militants de la langue occitane participent au succès de l’École occitane d’été (tel Jean-Claude Ulian). Mais, si en raison de son œuvre très diversifiée, Marceau Esquieu est une personnalité originale, les trois fondateurs de ce centre de formation ne peuvent être dissociés tant leur travail collaboratif est important.