Archives de catégorie : Comunicats

Les calanques provençales, poubelle chimique géante à ciel ouvert

Communiqué du Partit Occitan – Région Provence

ALTEO : AQUESTE CÒP N’IA PRON ! Nous disons stop aux rejets !

 

En affichant ouvertement leurs divergences, sur les rejets en mer et dans le parc des calanques, la Ministre de l’écologie et le Préfet ajoutent un nouveau chapitre à l’inconséquence de l’Etat dans la gestion de ce dossier. Voilà des décennies que les gouvernements successifs refusent de traiter le problème et d’imposer un échéancier au terme duquel tout rejet dans la nature serait interdit. Au nom de l’emploi industriel est ainsi renouvelé un véritable permis de polluer et de tuer.

Mais qui peut croire, alors que l’entreprise n’investit pas pour régler le problème, à la viabilité d’un site qui devient chaque jour un peu plus une poubelle chimique géante à ciel ouvert?

Nous sommes favorables au développement de l’économie de production provençale et soucieux du maintien de l’industrie dans notre région. Mais cela ne peut se faire au détriment de la santé des salariés, des riverains et en sacrifiant un environnement naturel et une biodiversité en tout point remarquables.

ALTEO doit stopper, dans les plus brefs délais, tout rejet et en mer et dans la nature.
Hervé Guerrera
Région Provence
fédération du Partit Occitan

Résultats du 2nd tour des élections régionales

Le Partit Occitan se réjouit de la nette victoire de l’union de la gauche, des écologistes, et des régionalistes progressistes dans la région Languedoc Roussillon – Midi Pyrénées. Avec un élu au sein du groupe « Nouveau Monde », dont aura besoin la majorité pour mener sa politique, Patric Roux, le Partit Occitan apportera sa pierre à la construction d’une politique de justice sociale, de défense de la ruralité, de soutien à la langue et à la culture occitanes. Cette réussite montre que la stratégie de rassemblement et de recherche de compromis est la bonne, elle permet de faire émerger un projet complet et partagé qui répond aux attentes de la population. La charte éthique et démocratique (non cumul strict, participation citoyenne), construite en commun, sera un argument important que nous continuerons de défendre, pour que les électeurs réintègrent la vie politique.

 

Une forte mobilisation des électeurs a permis d’inverser la tendance du premier tour et de battre le Front National, c’est une bonne chose. On regrettera cependant qu’il faille attendre d’être au bord du précipice pour que les citoyens retrouvent le chemin des urnes. Le rôle des médias n’a pas été neutre durant les semaines précédant le scrutin : nous avons eu droit à un déferlement d’images suscitant l’effroi, la peur, qui ont objectivement servi la propagande de l’extrême droite.

 

Nous remarquons que dans les régions où existe une forte identité (Bretagne, Corse, Pays Basque), les résultats du FN sont les plus faibles. La preuve est faite : les identités régionales restent LE principal rempart face au populisme et au nationalisme dévorant du clan Le Pen.

 

Nous souhaitons que les régions Provence, Languedoc retrouvent leurs valeurs de convivencia, le vivre-ensemble plutôt que l’exclusion de ceux qui traversent la méditerranée.

Le Partit Occitan tient tout particulièrement à saluer la victoire de la liste nationaliste en Corse ! Cela nous montre le chemin à suivre pour que les régions éloignées de Paris puissent enfin accéder au développement auxquelles elles ont droit.

 

Hugues Jourde, membre du Conseil Fédéral

 

Régionales : nos régions sont dévastées par l’extrême-droite

Les élections régionales sont marquées une percée inquiétante du front national : nous vivons un moment de dévastation politique.

En arrivant en tête dans 2 des 4 régions occitanes, ces résultats montrent que les partis doivent s’interroger sur les vraies raisons de ce vote. Les manières de faire de la politique doivent être complètement revues pour espérer arrêter la progression de ce vote de rejet. En parallèle, avec 1 électeur sur 2, l’abstention reste toujours importante : le désintérêt pour la politique reste présent.

Dans ce contexte, le Partit Occitan souhaitait premièrement remercier les électrices et les électeurs qui se sont mobilisés derrière les candidat-e-s occitanistes. Dans la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées, le rassemblement a permis de faire un score à 2 chiffres (10,26%) permettant un maintien au second tour. Dans la région Provence, avec 16,59%, la liste se retire pour faire barrage à l’extrême-droite. Enfin, en Aquitaine, avec un score honorable de 1,85%, les candidats ne seront pas présents au 2nd tour.

Il reste maintenant une semaine pour faire en sorte que nos régions occitanes ne perdent pas nos valeurs de convivencia, de paratge. La couleur politique des futures régions dépend de l’implication des citoyen-ne-s. Nous ferons en sorte de les impliquer dans la durée.

Derniers jours pour convaincre de l’avenir de nos régions !

Dimanche prochain, premier tour des élections régionales

 

Pour le Partit Occitan, le scrutin est d’importance, et nos candidat-e-s sont présents dans 3 des 4 régions occitanes. Ils sont sur les listes qui portent le mieux nos idées et qui correspondent à des réalités politiques : un rassemblement avec les socialistes en Provence pour faire front à l’extrême-droite, un rassemblement citoyen dans la grande Aquitaine quand les partenaires ont opté pour une stratégie individualiste, un rassemblement large avec les écolos et le front de gauche dans le grand Languedoc pour construire une alternative à la gauche gouvernementale.
Pourtant, jamais une élection n’aura suscité autant peu de débat : un calendrier étrange (nous n’avions pas voté en décembre depuis plus de 50 ans) et une réforme territoriale complètement improvisée (rien n’est prêt pour faire fonctionner les régions au 1er janvier). Ajoutons à cela, des évènements tragiques à Paris mais aussi partout dans le monde, suivi d’un état d’urgence qui s’éternise et qui interdit les rassemblements citoyens. C’en est fini du débat public sur les vrais enjeux régionaux.
Le point essentiel qui doit nous guider, c’est de conserver nos idéaux de convivéncia, de paratge dans une société que nous devons faire évoluer. Chacun de nos candidat-e-s s’est engagé à porter ce message humaniste. Nous comptons sur chacun de vous pour le relayer au fond des urnes les dimanche 6 et 13 décembre.

Guilhèm Latrubesse, secrétaire fédéral du Partit Occitan

Rejoignez le Collectif de Soutien à l’Estivada

La mairie de Rodez a officialisé la mise à l’écart de l’équipe d’Estivada. C’est désormais le festival interrégional des cultures occitanes qui est menacé. Un collectif de soutien a été lancé hier, nous vous invitons à le rejoindre !


 

C’est désormais officiel : l’équipe du festival Estivada est forcée de cesser cette activité.

Inquiets quant à l’avenir d’un festival nécessaire, nous reprenons aujourd’hui notre liberté de parole pour exprimer nos doutes sur ce futur plus qu’incertain et appelons tous les citoyens concernés à les exprimer avec nous au sein d’un Collectif informel de Soutien à l’Estivada.

Nous vous invitons donc à lire, partager, commenter, signer ce communiqué, à exprimer votre attachement au festival auprès des médias, de la population et des élus, de Rodez et d’ailleurs !

Lire l’appel et rejoindre le comité de soutien :

http://estivada-rodez.eu/quel-avenir-pour-lestivada-collectif-de-soutien-a-lestivada/

 

Intervention de David Grosclaude au meeting Nouveau Monde


Intervention de David Grosclaude au meeting… par PartitOccitanTV

Contre le réchauffement climatique et le refroidissement culturel

« Si vous comprenez le danger mortel du réchauffement climatique vous pouvez comprendre les risques mortels pour la démocratie du refroidissement culturel et de l’uniformisation linguistique ».



« Et vous les occitans qu’est ce que vous voulez ? ». La question on me la pose souvent !

Des occitans il y en a beaucoup. Ce sont tous ceux qui vivent en Occitanie d’où qu’ils viennent. Chez nous, c’est le droit du sol et pas le droit du sang. Il n’y a pas d’ADN garbure, d’ADN cassoulet !

La question c’est : « et vous les occitanistes; qu’est ce que vous voulez ? ».

Au Partit Occitan nous sommes des occitanistes, et de surcroit, de gauche ! Nous sommes des occitans qui ont eu la chance d’apprendre un peu de leur histoire.

Réglons de suite la question de l’histoire et des valeurs. On dit : l’Occitanie c’est une terre de tolérance, de « convivéncia » (de vivre-ensemble), c’est la terre des troubadours, des cathares et de leur résistance. N’oublions pas ce « resister » gravé dans la pierre par Marie Durant a Aigas Mòrtas, des camisards les crosses en l’air de 1907 et Jaurès, Bertie Albrecht, féministe, résistante, fusillée par les nazis…

Vous connaissez tout ça.

Mais l’histoire nous fournit aussi sa liste de personnages occitans contestables.

Et l’Histoire ne fait pas tout, les valeurs qu’elle a générées ne se transmettent pas en respirant l’air du pays. On peut les oublier. La preuve : on peut être élu d’une ville occitane proche d’ici et aller expliquer à des gens arrivés de Syrie qu’ils ne sont pas les bienvenus ! Comme quoi « la convivéncia » n’est pas innée…

C’est aussi pour combattre cela que nous sommes ici ce soir.

Occitaniste donc écologiste et de gauche !

Une évidence pour nous au Partit Occitan parce que ce territoire a subi les agressions du productivisme, la bétonnisation de ses côtes, vidé ses territoires ruraux, urbanisé de façon anarchique, mis à mal son agriculture et ses paysans, qui a fait de nos régions des terres de chômage. Occitaniste et écologiste il fallait l’être au Larzac, comme il faut l’être aujourd’hui pour combattre par exemple ces projets de LGV, bouffeurs d’espace et de budget et qui doivent : « nous mener à Paris en trois heures ! »

C’est l’argument N°1 des nouveaux centralisateurs !

Et enfin vous savez bien que quand on dit en occitan « viure, trabalhar e decidir al país », ce que nous voulons ce sont des emplois non délocalisables, socialement utiles, écologiquement soutenables.

La reconversion écologique, c’est une révolution contre le productivisme et le libéralisme.

Il faut partager les richesses chez nous, mais aussi entre le Nord et le Sud, refuser la précarité de millions de gens chez nous et partout en Europe.

Comment mener cette mutation sans services publics, sans prendre en compte le droit à une retraite décente ? Nos sociétés vieillissent et que la dépendance est un sujet majeur ?

Occitaniste, écologiste, de gauche, et décentralisateurs !

La réforme des régions ne simplifie rien. Et que dire de ces territoires qui seront victimes de la métropolisation ! Une métropole et un hinterland comme disent certains ! Où est la réforme fiscale ? Où sont les nouveaux pouvoirs des régions ? Où est le droit à l’expérimentation ?

Envolé tout cela !

Des régions à taille européenne ? Comparées à celles d’autres pays, nos régions sont faibles.

Pour la nouvelle région ce sera près 3 milliards de budget pour presque 6 millions d’habitants alors que nos voisins d’Aragon ont un budget deux fois plus important pour une population deux fois moindre.

Pourquoi défendre la diversité biologique et la vie si nous ne défendons pas la diversité linguistique ? Nous voulons la reconnaissance de droits pour l’occitan et le catalan parce que nous sommes des citoyens, de surcroit attachés aux valeurs de la République. Avoir le droit de parler, d’écrire de développer et d’enseigner sa langue est pour nous une évidence démocratique. Ça n’est pas du communautarisme.

Ce matin même nous avons créé l’Ofici Public de la Lenga Occitana : un Service Public de la langue. Et toi Gérard, quand tu seras président de la région, tu auras la co-responsabilité de faire vivre cet office public.

Pour résumer : si vous comprenez le danger mortel du réchauffement climatique vous pouvez comprendre les risques mortels du refroidissement culturel et de l’uniformisation linguistique pour la démocratie.

Et maintenant bravo à vous toutes et tous pour votre rassemblement réussi et capable de changer la donne ! En avant pour le rassemblement écologiste, citoyen et solidaire. En avant avec Gérard Onesta. La victoire le 6 décembre est à protée de vos mains. ENDAVANT !

Pourquoi la campagne des élections régionales doit reprendre.

Le Partit Occitan communique :

Les attentats de la semaine dernière nous laissent atterrés, incrédules, révoltés. L’esprit de chacun sera marqué pour longtemps par le souvenir de ces attaques qui nous appellent collectivement à rester debout, et avancer.

Le Partit Occitan appelle ainsi à se réengager avec force dans la campagne des élections régionales. Non pas que nous fassions fi de ce qu’il s’est passé, mais pour empêcher, au contraire, que la peur de prochaines attaques ne deviennent notre seule perspective d’avenir.

Nous devons refuser le prêt-à-penser, qui derrière les drapeaux, les hymnes, les postures guerrières, la réponse du tout sécuritaire, n’entraîne de fait la réduction de nos propres libertés et nous mène vers un abîme dont nous ne saurons plus sortir.

Notre réponse est celle d’un contre-modèle, qui s’attaque aux racines du mal. Il nous faut plus que jamais : changer nos points de vue et d’analyse, comprendre ce qu’il se passe, prioriser nos valeurs humanistes, concrètement repenser le vivre ensemble, lutter pour établir une société plus juste et plus démocratique, enfin dénoncer l’hypocrisie de la politique internationale de la France depuis des décennies.

Nos voix seront encore plus importantes dans quelques semaines, les 6 et 13 décembre, pour montrer qu’un autre monde est possible, si nous le voulons.

Le Partit Occitan


Lo Partit Occitan comunica : 

Los atentats de la setmana passada nos daissan aterrats, estabosits, revoltats. L’esperit de cadun serà marcat longtemps per la remembrança d’aquelas atacas que nos apèlan collectivament a demorar drèits, e avançar.

Lo Partit Occitan apèla aital a se reengatjar amb vam dins la campanha de las eleccions regionalas. Non pas que doblidèm çò que se debanèt, mas per empachar al contrari que la paur de prochanas atacas devenga nòstra sola perspectiva d’avenidor.

Nos cal refusar le prest-a-pensar, que darrièr las bandièras, los imnes, las posturas guerrièras, la responsa del tot securitari, n’entraina de fait la reduccion de nòstras pròpras libertats e nos mena cap a un abisme d’ont saurèm pas pus sortir.

Nòstra responsa es aquela d’un contre-model, que s’ataca a las rasigas del mal. Nos cal mai que jamai : cambiar nòstres punts de vista e d’analisi, comprene çò que se debana, priorisar nòstras valors umanistas, repensar de manièra concreta la convivéncia, lutar per bastir una societat mai justa e mai democratica, e fin finala denonciar l’ipocrisia de la politica internationala de la França dempuèi de decadas.

Nòstras voses seràm encara mai importantas dins qualquas setmanas, los 6 e 13 de decembre, per mostrar qu’un autre monde es possible, se lo volem.

Lo Partit Occitan

Umanitat, Diversitat, Solidaritat !

Larguessa, paratge, cortesiá

 

Avec une folie aveugle qui s’attaque à notre vivre ensemble une nouvelle étape dans l’horreur a été franchie. Des individus sanguinaires, fanatisés par des gourous sectaires s’en sont pris à la jeunesse. Sous prétexte de religion, ce terrorisme n’a en réalité qu’un objectif : Maximiser le nombre de victimes quelles que soient leurs croyances, leurs convictions, leurs conditions. Aussi nos pensées vont avant tout aux familles, à celles et ceux qui souffrent, sont dans la peine et le désespoir.

Le but du terrorisme est d’installer durablement la peur, de pousser la société vers un état autoritaire, voire totalitaire. A l’inverse et au-delà des nécessaires mesures de sécurité qu’il convient de prendre il revient à la mobilisation citoyenne de défendre la liberté. Ensemble nous devons refuser cette société qui marginalise toute une partie de sa population et de ses territoires !

Combattre vraiment le terrorisme c’est bâtir un monde de justice et de paix. C’est refonder une identité républicaine ouverte basée sur la proximité régionale, sur nos valeurs de solidarité méditerranéenne. Diversité, humanité, solidarité dans le respect des parcours de chacun, dans la valorisation de nos différences linguistiques et culturelles.

A l’international il faut agir en soutenant ceux qui sur le terrain combattent les terrorismes et nous pensons à nos frères kurdes. La guerre à mener est aussi financière et il faut dénoncer le rôle joué par les pétro dollars des petites puissances du golfe. Travaillons à une vraie politique méditerranéenne qui construise une solution juste, basée sur la création d’un état viable de Palestine. Une paix mondiale durable passe aussi par le soutien aux mobilisations citoyennes démocratiques du Maghreb et une redéfinition des États africains qui prenne enfin en compte la réalité des peuples.

 

Hervé Guerrera

Pour le Conseil Fédéral du Partit Occitan

Nouveau Monde : David Grosclaude ouvrira le meeting de campagne à Montpellier

En Languedoc-Roussillon/Midi-Pyrénées, la liste « Nouveau Monde – En commun » conduite par Gérard Onesta concrétise, à l’occasion des élections régionales du 6 et 13 décembre prochain, un rassemblement citoyen et politique inédit en France.

Cette dynamique regroupe la totalité des forces de gauche qui n’ont pas renoncé à un changement radical face aux politiques libérales. Elle est soutenue par des milliers de personnes qui ont participé à cette démarche depuis des mois.

Ce jeudi 12 novembre, à Montpellier, un grand meeting de campagne rassemblera tous les porte-paroles nationaux de chacune des organisations engagées dans cette dynamique.

C’est un occitaniste, David Grosclaude, qui ouvrira la soirée.

David Grosclaude est le fondateur de La Setmana, premier hebdomadaire d’informations en occitan. Il est l’initiateur des grandes manifestations ANEM OC qui depuis 2005 rassemblent tous les deux ans des dizaines de milliers de personnes pour exiger un statut pour les langues régionales. Elu en Aquitaine, il a mené en juin dernier une grève de la faim dans les locaux du Conseil Régional pour exiger la mise en œuvre par l’Etat d’une décision votée à l’unanimité par les assemblées régionales d’Aquitaine et de Midi-Pyrénées : la création de l’Office Public de la Langue Occitane. Il est par ailleurs l’artisan d’un rapprochement entre les organisations politiques progressistes, écologistes et régionalistes au niveau européen.

Aux côtés des autres porte-paroles, il apportera son soutien à un rassemblement régional qui propose un chemin singulier pour relancer l’emploi et améliorer les conditions de vie, promouvoir l’égalité entre les métropoles et les territoires ruraux, et enfin rénover profondément la démocratie régionale et la participation citoyenne.

Dans une région où la question de la culture occitane et catalane font sens pour nombre de ses habitants, il rappellera que la diversité culturelle est un moyen d’entretenir une citoyenneté ouverte sur l’autre et solidaire avec le monde entier, à l’inverse de ce que prône l’extrême droite.

Guilhèm Latrubesse, pour le bureau fédéral

12243882_10207754536047177_1757683744_n

Evo Morales en Béarn : nos gouvernants pourraient s’en inspirer

Le président de la République de Bolivie, Evo Morales, sera en Béarn ce samedi. Il sera fait docteur Honoris Causa de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour et rendra visite à Emmaüs Lescar.

On ne peut que saluer la venue du chef de l’Etat plurinational de Bolivie et ceci à plusieurs titres.

D’abord il est le premier chef d’Etat d’Amérique latine issu d’un des peuples indigènes. Son élection fut un événement pour le continent américain. Deuxièmement il a mené une politique qui commence à porter ses fruits notamment dans le domaine de l’accès pour tous aux services indispensables à une vie digne (eau, énergie, alimentation…).

Le président Morales a mis dans ses priorités la protection de la biodiversité et de tout ce qui fait la vie sur notre planète.

L’État bolivien s’est aussi doté d’une constitution qui reconnait la diversité linguistique et culturelle du pays. Toutes les langues du territoire sont considérées comme officielles et voient leurs droits reconnus, même quand elles ont parlées par très peu de gens.

Enfin, la volonté de faire de la Bolivie un État décentralisé où les territoires disposent de larges pouvoirs et d’une large autonomie, mérite d’être saluée.

Pour cette raison il me semble que, au sortir d’une régionalisation bâclée et au lendemain du refus par le Sénat de ratifier un texte aussi basique que la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires, certains de nos dirigeants devraient s’inspirer de ce qui se fait en Bolivie sur ces sujets.

Il n’y a pas de paradis sur terre ni d’homme providentiel mais il y a des progrès et des exemples à saluer.

 


 

Evo Morales en Bearn : Be saberàn espiar los nostes governants çò qu’a hèit !

Evo Morales en Béarn : nos gouvernants pourraient s’en inspirer.

 

Lo president de la Republica de Bolivia, Evo Morales, que serà en Bearn aqueste dissabte 7 de noveme. Qu’anarèi participar a la soa recepcion a l’Universitat de Pau e a Emmaüs de Lescar. Que devem saludar la preséncia d’aqueth òmi qui ei lo prumèr president d’un Estat d’America deu Sud gessit d’un pòble indigèna.

Que cau saludar sustot lo son tribalh e lo son engatjament a mantuns nivèus.

Prumèr qu’a decidit de miar ua politica entà dar a tot cadun en lo son país lo dret de dispausar de las ressorças de basa entà víver : energia, alimentacion, aiga…

Evo Morales qu’a tanben aviat ua politica de proteccion de la biodiversitat e de tot çò qui hè la vita deu noste planeta.

Desempuish la soa eleccion, la constitucion de l’Estat plurinacionau de Bolivia reconeish lo dret a l’autonomia deus territòris e assegura la reconeishença oficiau de totas las lengas parladas suu territòri de l’Estat.

Nosautes qui vivem ua abséncia de vertadèra regionalizacion e qui vienem de véder lo Senat arrefusar un tèxte basic com la Carta europèa de las lengas, que podem saunejar que los nostes governants seràn capables d’espiar com un exemple çò qui’s hè en Bolivia en aqueths domènis.

Non i a pas nat paradís sus tèrra ni nat òmi providenciau segur, mes quan i a avançadas, que las cau saludar.