Le texte conclu à Lima sur le changement climatique

Lo 15/12/2014
La Conférence des états,Réaffirmant que le travail du Groupe de travail ad hoc sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée sera sous la Convention et guidée par ses principes,
 
Rappelant l’objectif de la Convention tel qu’énoncé dans son article 2,
 
Rappelant également toutes les décisions pertinentes de la Conférence des États, notamment les décisions 1 / CP.17, 2 / CP.18 et 1 / CP.19,
 
Affirmant sa détermination à renforcer l’action de l’adaptation par le protocole, un autre instrument juridique ou solution concertée ayant force juridique en vertu de la Convention soient adoptée à la vingt et unième session de la Conférence des États (Novembre-Décembre 2015),

Rappelant les décisions 2 / CP.19 et X / CP.20 (Mécanisme international de Varsovie Pertes et dommages liés aux impacts des changements climatiques) et accueillant des progrès fait à Lima, au Pérou, en direction de la mise en œuvre du Mécanisme international de Varsovie pour les pertes et dommages liés aux impacts des changements climatiques,


Notant avec une vive préoccupation l’écart important entre l’effet global des atténuations des engagements des états en termes d’émissions annuelles mondiales de gaz à effet de serre par
2020 et d’émission globale voies compatibles avec avoir une chance probable de la tenue l’augmentation de la température moyenne mondiale en dessous de 2 ° C ou 1,5 ° C au-dessus des niveaux pré-industriels,
1. Confirme que le Groupe de travail spécial sur la Plateforme de Durban pour une action renforcée doit compléter les travaux visés dans la décision 1 / CP.17, paragraphe 2, dès que possible afin que la Conférence des États à sa vingt et unième session adopte un protocole, un autre instrument juridique ou un résultat convenu ayant force de loi en vertu de la Convention applicable à toutes les États;

2. Décide que le protocole, un autre instrument juridique ou une solution concertée ayant force juridique en vertu de la Convention applicable à toutes les États doivent répondre d’une manière équilibrée, entre autres, à l’atténuation, l’adaptation, le financement, le développement et le transfert technologique et le renforcement des capacités, et transparence de l’action et de soutien ;

3. Souligne son engagement de parvenir à un accord ambitieux en 2015, qui reflète le principe de responsabilités communes mais différenciées et des capacités respectives, à la lumière des différentes circonstances nationales ;

4. Prie instamment les pays développés à fournir et mobiliser un soutien financier accru aux pays en développement pour atténuer et d’adapter des actions ambitieuses, en particulier aux états qui sont particulièrement vulnérables aux effets néfastes du changement climatique; et reconnaît soutien complémentaire par d’autres États;

5. Reconnaît les progrès accomplis à Lima dans l’élaboration des éléments d’un projet de texte de négociation figurant dans l’annexe ;
 
6. Décide que le Groupe de travail spécial sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée intensifiera ses travaux, en vue de la mise à disposition d’un texte de négociation d’un protocole, un autre instrument juridique ou un résultat convenu ayant force de loi en vertu de la Convention applicable à tous États avant mai 2015 ;

7. Prie le secrétariat de communiquer le texte de négociation visée au paragraphe 6 ci-dessus aux états, conformément aux dispositions de la Convention et les règles appliquées de procédure, tout en notant que cette communication ne préjuge savoir si le résultat sera un protocole, un autre juridique instrument ou une solution concertée ayant force juridique en vertu de la Convention applicable à toutes les États ;
 
8. Note que les dispositions stipulées dans cette décision par rapport à contributions déterminées à l’échelle nationale sont destinés sans préjudice de la nature juridique et le contenu des contributions fixées au plan national visant des États ou au contenu du protocole, un autre instrument juridique ou le résultat d’accord avec juridique vigueur en vertu de la Convention applicable à toutes les états ;
 
9. Réitère son invitation à chacune des États à communiquer au secrétariat de sa contribution définies au niveau national destiné à atteindre l’objectif de la Convention tel qu’énoncé dans son article 2 ;

10. Convient que la contribution définie au niveau national de chaque état en vue d’atteindre l’objectif de la Convention tel qu’énoncé dans son article 2 représentera une progression au-delà de l’engagement actuel de cet État ;

11. Décide également que les pays les moins avancés et les petits États insulaires en développement peuvent communiquer des informations sur les stratégies, plans et actions pour le développement de faibles émissions de gaz à effet de serre reflétant leurs circonstances particulières dans le contexte des contributions déterminées à l’échelle nationale destinés ;

12. Invite toutes les états à envisager de communiquer leurs engagements dans la planification d’adaptation ou envisager d’inclure une composante d’adaptation dans leurs contributions déterminées au niveau national destinés ;

13. Réitère son invitation à toutes les États à communiquer leurs contributions déterminées au niveau national destinées à l’avance de la vingt et unième session de la Conférence des États (par le premier trimestre de 2015 par les États prêts à le faire) d’une manière qui facilite la clarté, la transparence et la compréhension des contributions déterminées au niveau national destinés ;
 
14. Décide que les informations à fournir par les états communiquant leurs contributions déterminées au niveau national destinés, afin de faciliter la clarté, la transparence et la compréhension, peuvent inclure, le cas échéant, entre autres, des informations quantifiables sur le point de référence (y compris, le cas échéant, une année de base), temps cadres et / ou des périodes de mise en œuvre, de la portée et de la couverture, les processus de planification, les hypothèses et les approches méthodologiques, y compris ceux pour l’estimation et la comptabilisation des émissions de gaz à effet de serre anthropiques et, le cas échéant, des déménagements, et comment le pays considère que sa destinée contribution déterminée au niveau national est juste et ambitieuse, à la lumière de ses circonstances nationales, et comment il contribue à la réalisation de l’objectif de la Convention tel qu’énoncé dans son article 2 ;

15. Réitère son appel aux pays développés, aux entités opérationnelles du mécanisme de financement et autres organisations en mesure de le faire à fournir un soutien pour la préparation et la communication des contributions destinées déterminés au niveau national des États qui peuvent avoir besoin d’un tel soutien ;

16. Prie le secrétariat de :

(a)    Publier sur le site de la CCNUCC les cotisations déterminées à l’échelle nationale que ce communiqué ;
(b)    Préparer pour le 1er novembre 2015 un rapport de synthèse sur l’effet global des contributions déterminées au niveau national destinés communiquées par les états d’ici le 1er Octobre 2015 ;

17. Encourage toutes les États au Protocole de Kyoto à ratifier et à mettre en œuvre l’amendement au Protocole de Kyoto de Doha;

18. Réaffirme sa volonté comme indiqué dans la décision 1 / CP.19, paragraphes 3 et 4, pour accélérer la mise en œuvre complète des décisions constituant le résultat convenu conformément à la décision 1 / CP.13 et améliorer l’ambition dans la période pré2020 afin d’assurer les plus hauts efforts d’atténuation possibles en vertu de la Convention par toutes les États;

19. Décide de poursuivre l’examen technique des possibilités avec potentiel d’atténuation élevé, y compris ceux avec adaptation, la santé et le développement durable co-bénéfices, dans la période 2015-2020, en demandant au secrétariat de:

(a)    Organiser une série de réunions techniques en séance experts pour :
 i.            Faciliter l’identification des options politiques, pratiques et technologies et dans la planification de leur mise en œuvre conformément aux priorités de développement définies au niveau national ;
ii.            Construire et utiliser les activités connexes de, et de renforcer davantage la collaboration et les synergies entre, le Comité exécutif de la technologie, le Centre de technologie climatique et réseau, le Forum de Durban sur le renforcement des capacités, le Conseil exécutif du mécanisme pour un développement propre et les entités du fonctionnement du mécanisme financier ;
iii.            Appuyer sur précédente réunions1 d’experts techniques afin de perfectionner et de se concentrer sur les options politiques réalisables ;
iv.            Fournir des possibilités significatives et régulières pour la participation effective des experts des États, les organisations internationales compétentes, la société civile, autochtones, les peuples, les femmes, les jeunes, les institutions universitaires, le secteur privé et les autorités infranationales désignés par leurs pays respectifs ;
v.            Soutenir la mise en œuvre accélérée des options de politiques et le renforcement des mesures d’atténuation, y compris par la coopération internationale ;
vi.            Faciliter l’engagement accru de toutes les États à travers l’annonce de sujets à traiter, ordres du jour et les documents connexes au moins deux mois à l’avance des réunions d’experts techniques;
(b)   Mettre à jour, après les réunions d’experts techniques visées au paragraphe 19 (a) ci-dessus, le document technique sur les bénéfices de l’atténuation des actions et des initiatives et des options pour améliorerl’ambition d’atténuation, compilation des informations fournies dans les communications des états et les organisations observatrices et les discussions tenues lors des réunions d’experts techniques et en se appuyant sur d’autres informations pertinentes sur la mise en œuvre des options politiques à tous les niveaux, y compris par la coopération multilatérale ;
(c)    Diffuser les informations visées au paragraphe 19 (b) ci-dessus, y compris en publiant un résumé pour les décideurs ;

20. Prie le Groupe de travail spécial sur la plate-forme de Durban pour une action renforcée de formuler des recommandations en matière de faire avancer le processus d’examen technique, y compris l’évaluation périodique des réunions d’experts techniques, à la Conférence des États à sa vingt et unième session ;

21. Se félicite de l’action Réunion Lima climatique de haut niveau convoquée par le Président de la Conférence des États le 11 Décembre 2014 et encourage le Secrétaire général et le président de la Conférence des États à organiser une manifestation annuelle de haut niveau sur le renforcement de la mise en œuvre des actions pour le climat ;

22. Prend note des incidences budgétaires estimées des activités à entreprendre par le secrétariat visé à cette décision et demande que les actions du secrétariat appelé par la présente décision seront menées sous réserve de la disponibilité des ressources financières.

 

Las darrièras publicacions / Les dernières publications :

rolloverimagesample