Archives de l’auteur : escriure

Solidarité avec les agricultrices et agriculteurs sinistrés par les épisodes de gel !

Les conséquences des températures anormalement basses pour un début avril, en particulier durant les nuits entre les 6 et 8 avril, sont particulièrement lourdes pour l’agriculture. Mais elles se révèlent dramatiques pour l’arboriculture et la viticulture dans bien des régions occitanes.

Les pertes sont lourdes, effrayantes parfois. Pour ne prendre que l’exemple de ces 2 départements, les chiffres de la Drôme et l’Ardèche sont sidérants : 70% de pertes pour l’arboriculture drômoise, 80% pour l’arboriculture ardéchoise ; abricots, pèches, mais aussi cerises, pommes, poires, prunes, … toutes les productions enregistrent des pertes de 80 à 90 % … La viticulture n’a pas été épargnée, les premières estimations donnant des pertes de chiffre d’affaires d’au moins 125 millions d’euros dans les vignobles drômois et ardéchois.

Devant une telle situation, le Partit Occitan tient à exprimer sa totale solidarité avec l’ensemble des femmes et des hommes de ces filières. Car c’est tout un écosystème qui est frappé : producteurs, intermédiaires, salariés, saisonniers, …

Dans nos régions occitanes, les agricultrices et les agriculteurs sont bien plus que les actrices et acteurs engagés de ces secteurs d’activités dynamiques et innovants. Leur rôle est essentiel dans la vie économique, sociale, culturelle et tout simplement humaine de nos territoires. Durant des décennies ils furent les derniers gardiens de ces trésors que sont notre Langue Occitane et de notre culture en les gardant vivaces dans leur quotidien et en faisant raisonner la musique de notre langue dans nos villes et nos campagnes.

Nous devons être à leurs côtés dans cette nouvelle épreuve.

Le gouvernement parisien a certes promis 1 milliard d’euros. En réalité, il n’a rien fait d’autre que de pallier, avec de l’argent public, les carences des assureurs. Malgré les bénéfices à 2 chiffres des assureurs français (respectivement 11, 14 et 13 milliards d’Euros en 2017, 2018 et 2019) nos agriculteurs sont dans l’impossibilité de s’assurer correctement face aux aléas climatiques sans cesse plus nombreux : soit la couverture est insuffisante, soit le coût des polices d’assurance est tellement élevé que certains préfèrent courir le risque de tout perdre.

Il est temps d’agir en profondeur car le dérèglement climatique rendra de tels évènements météorologiques de plus en plus fréquents et de plus en plus violents. Ne nous leurrons pas, c’est bel et bien à une manifestation du dérèglement climatique que nous avons assisté. Car si les gelées ne sont pas une nouveauté, l’ampleur des dégâts sur les cultures est imputable au fait que ces nuits glaciales ont succédé à des journées anormalement chaudes pour un mois de mars. Ainsi, avec le réchauffement climatique, les bourgeons éclosent plus tôt alors que les gelées d’avril restent présentes. Plus les hivers seront doux, plus ce phénomène se produira, plus son intensité sera grande, plus les dégâts s’alourdiront.

Alors il faut agir à court, moyen et long terme !

Il faut d’abord aider les femmes et les hommes de ce secteur à se protéger des conséquences de ces phénomènes. L’actuel système d’indemnisation des calamités agricoles et assurances privées n’est pas efficient. Le Partit Occitan ne peut que faire siennes les propositions de bon sens de la Confédération paysanne : faire jouer la solidarité inter et intra filières par la création d’un fonds mutuel et solidaire. « Ce fonds serait doté par une solidarité entre les différentes productions et au sein des filières – interprofessions, fournisseurs d’agroéquipements et d’intrants, transformateurs et grande distribution – parce que la production agricole bénéficie à toute la chaîne alimentaire ! ».

Mais nous devons toutes et tous, consommatrices et consommateurs, agir immédiatement en privilégiant les produits de nos régions, les fruits de saison, les productions de qualité qu’elles soient issues de l’agriculture biologique ou raisonnée, en favorisant les circuits courts générateurs de marge, les achats de proximité réduisant l’empreinte carbone, …

La solidarité collective doit aussi venir en aide aux travailleuses et travailleurs de ces secteurs, salariés permanents ou saisonniers. Leurs pertes de revenu doivent être compensées.

Mais les défis majeurs nécessitent un travail en profondeur et des efforts structurels bien plus grands. Il faut dès à présent prendre la mesure du dérèglement climatique et de ses conséquences. Dans les secteurs agricoles et agroalimentaires cela signifie engager des mutations structurelles profondes et encore plus longues qu’ailleurs. Les sommes à mettre en œuvre pour modifier les sélections variétales, les conduites culturales, la gestion des sols, des ressources en eau, … sont telles que la profession seule ne saurait les supporter.

C’est un immense chantier collectif qu’il est urgent d’initier sans attendre. L’argent des contribuables occitans doit prioritairement être investis dans un tel chantier plutôt que dans ceux, autant pharaoniques et coûteux qu’inutiles pour nos économies régionales, des JO parisiens ou du Grand paris ! Il est plus que temps d’investir pour préparer notre avenir et de cesser de dépenser inutilement nos ressources fiscales dans des éléphants blancs d’une région capitale dispendieuse de ressources prélevées d’autorité sur nos territoires.

L’écologie est d’abord un combat quotidien au plus près des habitantes et des habitants de nos territoires. Le Partit Occitan le mène avec détermination ; c’est par écologie des territoires que nous bâtirons le monde d’après !

Plus que jamais il est temps de décider au pays pour pouvoir y vivre et y travailler !

Amassa i arrivarem !

Hydroélectricité : pour une régionalisation publique de la SHEM

Demandée par l’union européenne depuis que EDF a perdu son statut public en 2004, la mise en concurrence des contrats de concession des barrages et installations hydroélectriques menace également l’avenir de la SHEM, filiale d’Engie (ex GDF Suez). Ce sont plus de 300 emplois qui sont en jeu au sein de cet acteur fortement présent dans les Pyrénées et les rivières de la Dordogne et du Lot.

Si l’État réfléchit à une transformation en quasi régie publique de l’activité d’EDF dédiée aux énergies hydroélectriques, baptisée EDF Azur, rien n’est prévu pour la SHEM, qui, vue de Paris, ne représente que 2% de la production hydroélectrique. L’État pourrait sacrifier les 12 barrages et 56 usines exploités par la SHEM pour contenter la commission européenne tout en conservant sa branche EDF. Pour nos régions, cette production représente pourtant la consommation d’un million d’habitants.

Le Partit Occitan propose une intervention des régions, appuyées par la Caisse des dépôts via la banque des territoires, pour assurer un avenir local à une SHEM qui aurait une part publique majoritaire, comme c’est le cas pour la Compagnie Nationale du Rhône (CNR). C’est indispensable pour conserver les emplois et le savoir-faire local. Abandonner ces ouvrages hydroélectriques à des intérêts capitalistiques lointains, ferait courir le risque d’une dérégulation de la gestion partagée de la ressource en eau, qui serait néfaste pour notre environnement, nos montagnes, nos rivières.

Pour que vivent nos langues – Loi sur les langues régionales

Le vote, par le Sénat, de la proposition de loi relative à la protection patrimoniale et à la promotion  des langues régionales dont le député Paul Molac est l’auteur, constitue une étape forte dans le développement de nos langues et de nos cultures.
Le Partit Occitan entend, à cette occasion, souligner le travail et la ténacité de Paul Molac, qui ont permis à cette proposition d’être adoptée par les Sénateurs en des termes bien plus riches qu’à l’issue de son examen par l’Assemblée Nationale.
Le Ministre de l’Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer ne souhaitait pas voir adopter des points essentiels tels qu’un forfait scolaire effectif (sécurisant le financement des écoles immersives sous statut associatif comme les Calandretas en Occitania), la généralisation de la proposition d’enseignement en langue régionale comme cela existe depuis plus de 2 décennies en Corse ou encore la reconnaissance de l’enseignement immersif.
À l’issu de ces travaux, c’est donc un texte bien plus complet qui a été transmis, en 2ème lecture à l’Assemblée Nationale.
Il importe maintenant aux députés de ne pas dénaturer cette proposition de loi. Nous savons que nous pourrons compter sur l’engament des députés de Régions & Peuples Solidaires au sein du groupe parlementaire Libertés et Territoires. Dès lors Il est de la responsabilité des député(e)s élu(e)s de l’ensemble des régions possédant une langue historique territoriale dapporter leur soutien plein et entier à cette proposition de loi POUR QUE VIVENT NOS LANGUES !
En Pays d’Oc, Nous citoyennes et citoyens, nous militantes et militants, devons solliciter nos représentant(e)s à l’Assemblée Nationale pour que leurs voix pèsent en faveur de l’avenir de notre langue et de notre culture occitanes.

LIBERTÉS ET SÉCURITÉ : UNE NOUVELLE DOCTRINE DIGNE D’UNE DÉMOCRATIE 

Au Partit Occitan, nous saluons les Marches de la Liberté organisées à l’initiative de la Coordination Stop Loi Sécurité Globale. L’escalade de la violence à l’œuvre est mortifère et indigne de la France et de ce qu’elle se dit représenter.  Nous nous associons au mouvement de refus grandissant des violences policières et de la législation qui les autorise. La liberté de manifester, d’informer et de dénoncer les abus est au cœur de nos démocraties.  Le transfert de compétences aux polices municipales et encore plus privées, est impossible en l’état actuel des collectivités territoriales, sans autonomie financière.  Le droit pour les forces de l’ordre d’entrer sans autorisation dans les établissements, dont les écoles, constitue une entrave à l’exercice des services publics, ainsi qu’à l’expression  des mouvements sociaux pacifiques.
 
Au-delà de l’exigence de retrait de la proposition de loi « Sécurité globale » c’est bien à la refonte complète et profonde de notre système de sécurité  qu’il convient de s’atteler sans délai, en toute sérénité et en concertation avec l’ensemble des forces de propositions présentes, du citoyen au Parlement. L’intelligence collective doit s’exprimer, faisons-lui confiance.
Ce glissement autoritaire relaie objectivement les thèmes de l’extrême droite. C’est son programme qui est mis en application. Les seuls résultats visibles à ce jour sont le désordre, la défiance et l’explosion des clivages au sein de la société française. 
 
Composante démocratique et de progrès, le Partit Occitan entend porter de nombreuses propositions destinées à :
reconsidérer en profondeur la doctrine de maintien de l’ordre pour mettre fin à ses dérives violentes et liberticides
 – revisiter et évaluer l’arsenal des lois  « sécurité » votées depuis une décennie ;
 -dissoudre  l’IGPN1 et créer une instance démocratique à l’image de la structure britannique homologue. 
améliorer le recrutement, la formation initiale et continue ainsi que les conditions de travail des personnels de police, de gendarmerie et de justice;
associer à la lutte contre le terrorisme,  l’arrêt des discriminations xénophobes en France ;
associer l’armée à des missions de service public. Par exemple auprès des régions sinistrées, comme la Roya en Provence ;
inclure les  citoyennes et citoyens que nous sommes, ainsi que nos élu·e·s, au contrôle de ces secteurs régaliens ;
 
Le Partit Occitan, en coordination avec Région et Peuple Solidaires, participera activement aux échéances électorales à venir. Ce sera  pour nous l’occasion de présenter et de préciser nos propositions et de les soumettre au débat.
 
 
1         IGPN : Inspection générale de la Police nationale.

Per nòstras lengas : se mobilizar lo 10 d’octobre

Lo Partit Occitan s’associa evidentament a la jornada del 10 d’octobre organizada pel collectiu « Pour que vivent nos langues ».

Dempuèi sa creacion lo Partit Occitan liga la question lingüitica a la question de l’autonomia e del drets dels pòbles a cultivar lor identitat culturala.

Malgrat totas las recomandacions, las alèrtas dels organismes internacionals, França demòra un país ont nòstras lengas son en perilh de disparicion. Es vertat tanben per la lenga occitana qu’es menaçada de mòrt.

Lo P.ÒC considèra que i a pas cap de fatalitat dins aquela situacion. Es lo produit d’una politica lingüistica contrària a tots los principis que França preten de portar al defòra.

La diversitat culturala se pòt pas limitar a la defensa del francés. Nòstras lengas necessitan una politica activa dins l’espaci public l’ensenhament, los mèdias e la societat en general.

Es per denonciar l’actitud dels govèrns franceses, que se seguisson e que se semblan, sus aquela question que demandam a totas e a totes de participar d’un biais o d’un autre a las manifestacions que se debanaràn lo 10 d’octobre.

 

Pour nos langues : mobilisation le 10 octobre

Le Parti Occitan s’associe à la journée du 10 octobre organisée par le collectif « Pour que vivent nos langues ». Depuis sa création le Parti Occitan lie la question de la langue, de la culture, de l’autonomie et du droit pour chaque peuple à cultiver sa diversité culturelle.

Malgré toutes les recommandations des organisations internationales, la France continue à être un territoire où les langues meurent. Elles sont menacées de mort et en ce qui nous concerne c’est la langue occitane qui risque de disparaître.

Il ne s’agit pas d’une fatalité mais du refus de la France de mettre en place une politique favorable au développement de nos langues. La France continue à prêcher à l’extérieur des principes qu’elle n’applique pas chez elle. Elle fait le contraire. La défense de la diversité culturelle ne peut se limiter à la défense de la langue française.

Il nous faut des mesures concrètes, une politique linguistique active dans le domaine de l’enseignement, des médias, de la vie publique et de la vie sociale en général.

C’est pour dénoncer l’attitude sur cette question des gouvernements français successifs, que nous appelons à participer d’une façon ou d’une autre aux actions qui sont organisées ce 10 octobre pour « que vivent nos langues ! ». 

Kanaky : un long processus pour en finir avec l’histoire coloniale 

Le référendum qui vient de se dérouler en Nouvelle Calédonie montre qu’en deux ans les partisans d’une Nouvelle Calédonie souveraine sont de plus en plus nombreux (passant de 43,3% à 46,74%, (+3%)). La participation aussi a été plus importante qu’en 2018 (85%), ce qui contraste avec la désaffection électorale enregistrée en métropole.

Un long processus est donc en cours depuis les accords de Matignon de 1988 lorsque Michel Rocard avait mis tout le monde autour de la table de négociations, et depuis l’accord de Nouméa signé en 1998.

Les résultats montrent qu’en Kanaky, les positions sont géographiquement marquées. Nouméa a voté « non » alors que les territoires du nord peuplés en majorité de Kanaks ont voté « oui », encore plus qu’il y a deux ans.

Le pouvoir parisien va devoir prendre en compte ce résultat, non comme un résultat définitif et intangible, mais comme une étape de plus. Il va falloir que la France fasse preuve d’imagination et médiatise cette actualité ultramarine. Elle doit s’engager sur une voie qui permettra à tous les habitants de l’île de prendre en main leur destin. Ce référendum devra être suivi d’une initiative politique forte sous la forme d’une nouvelle consultation, sur un projet original qui rompra définitivement avec une trop longue histoire teintée de colonialisme.

 

 

CONGRÈS RP&S: LORIENT 23 AOÛT MOTIONS THÉMATIQUES

 

[Motions du congrès 2020 #uerps2020]

Régions et Peuples Solidaires, réuni en congrès dimanche 23 août à Lorient, a adopté six motions thématiques que vous trouverez ci-dessous :

➡️ MOTION « MONDE D’APRÈS »

➡️ MOTION POUR QUE VIVENT NOS LANGUES

➡️ SOLIDARITÉ AVEC LES COMMUNAUTÉS DE PÊCHEURS MENACÉES PAR LES CONSÉQUENCES DU BREXIT : POUR UNE MOBILISATION POPULAIRE CONCERTÉE DANS LES TERRITOIRES EUROPÉENS

➡️ COHÉSION POUR L’ÉGALITÉ DES RÉGIONS ET LE MAINTIEN DES CULTURES RÉGIONALES

➡️ MOTION DE SOLIDARITÉ AVEC LES AMAZIGHS

➡️ POUR LA DIVERSITÉ DANS L’AUDIOVISUEL : NE FERMEZ PAS FRANCE Ô

Le Partit occitan condamne les violences policières et est solidaire de la mobilisation antiraciste en France et dans le monde

L’homicide perpétré à l’encontre de l’Afro-Américain Georges Floyd a entrainé une condamnation sans précédent des violences policières aux USA et à travers le monde. Si, dans ce pays, la minorité afro-américaine paie un lourd tribut au racisme institutionnel, en France, les quartiers populaires multi-ethniques vivent également ce « talon de fer ».
Esclavage, colonialisme, néocolonialisme…Dans ces deux cas nationaux, une histoire de domination interraciale explique les dérives inadmissibles des institutions policière, judiciaire et administrative. Continuer la lecture

 Candidatures du Partit occitan aux élections municipales de 2020

En Provence (région PACA)

    ELECCIONS MUNICIPALAS E INTERCOMUNALAS : LA QUESTION OCCITANA ES PAUSADA

Lei 15 e 22 de mars, leis electors son convidats a s’exprimir a l’ocasión dau renovellament de sei representants dins lei comunas e leis intercomunalitats. Seràn lei promièreis eleccions localas despuèi la conquista dau poder per Emmanuel Macron a la prima de 2017.

Fàcia una politica de l’Estat sempre mai centralisada que despossedís lei territoris de sei mejans,  e un mesprés descomplexat contra l’occitan e leis autrei lengas dichas regionalas (cf. Lei nombrosei declaracions d’E. Macron e JM Blanquer), aquesteis eleccions representan l’escasença perfiecha per presentar una alternativa democratica.

Conscient de l’enjuèc, lo Partit Occitan s’engatja ambé vòia dins aquesta batèsta novèla. A Tolon, Marselha, Aurenja, La Sanha, Oliulas, SièsForns e dins un fum d’autrei comunas de la Region, lo POc presenta de candidats, sovent novicis en politica.

Compte tengut de la pression exerçada en Provença per l’extrema-drecha, ara a la pòrtadau poder e vist leis enjuècs (aparament dauclimat, lucha per lei retiradas e leis aquesits sociaus), lo Partit Occitan e sei candidats se mobilisan dins de tièras ai costats d’ecologistas e de representants de fòrças politicas de Gaucha e de sindicalistas.

A Marselha, lo POC comptarà cinq representants. Jamai, de memòri, lei regionalistas auràn ocupat tant de plaças sus una tièra dins la ciutat foceana. Dins dos sectors de la vila, lo Partit Occitan ten de representants en posición eligibla (2-3 e 9-10). Una escomesa !

Òm regreta, pasmens, qu’a-s Ais de Provença, lo Partit Occitan aje fach lei frais de la division de la Gaucha e deis Ecologistas. Lo nòstre amic Hervé Guerrera será pas mai elegit.

Pèire Costa peire.costa@gmail.com

Eleccions municipalas a Manòsca e Venèla

Dins lei doas ciutats, lei movements politics que menèran a l’establiment dei doas tieras nasquèran dau manca ! Manca d’una preséncia de senèstra, d’ecologia fàcia ai municipalitas sortantas de drecha amb la menaça d’un avenir pus lèu brun. Coma ne’nsiam arribats a aquela situacion ? A cadun son idèa mai ieu, me pòdi pas empachar de veire principalament aquelei caras que me vènon en òdi dei Hollande amb Macron.

Mai, aquò’s una autra istòria !

A Manòsca (04), la tiera dei 37 colistiers a pres lo nom de « Demain Manosque », un « recampament per una vila sociala, ecologica e solidària ». De recampament, n’es un vertadier bòrd que mai d’un partit es representat : EELV, PCF, LFI, Partit Occitan ….

La tèsta de lista es lo sénher Patrick Garnon d’EELV e vòstre servidor es pas en situación elegibla coma o aviá anonciat dau temps de nòstre darrier acamp as Ais (35en).

A Venèla (13), Silvia Feuga que tornèt prendre sa plaça per lo Partit es 5ena sus aquela tiera ciutadana e ecologista.

Dins lei dos cas, podèm notar qu’avèm qui charfòrt per que nòs trei lenga e cultura siegan presas en còmpte; dins lei dos cas, avèm rescontrat « d’aurelhas atentivas ». Son d’afaires de seguir !

Joèu Bouc
———————————————–
Var 

Toulon: Patricia Jouve , 14e sur la liste citoyenne/ Gauche/ écologiste

Six Fours : Estève Berrus, 9e sur la liste d’union (PC, PS, EELV, POc, citoyens).

Ollioules : Michelle Nicolino, 3e sur liste Gauche+EELV+POc.

Vauclusa

Orange: Anne-Marie Hautant, 3e sur liste de gauche (PC, Poc…)

Bernard Vaton, sur une liste de droite (LRM….)

Bouches-du-Rhône

Cf. résumé plus haut. Les candidatures occitanistes/POC sont surtout sur Marseille dans des mairies d’arrondissement. Pèire Brechet, président de l’IEO, est en position éligible.

-Venelles : Sylvie Feugia, 5e position, liste citoyenne, écologiste

Alpes de Haute Provence

Manosque : 2 ou 3 candidatures en position non éligible.

(cf article J. Bouc)

Gérard Tautil <tautilg@gmail.com>,

Anne-Marie Hautant<amhautant.poc@orange.fr>

Municipales à Orange– Liste « Décidons Orange solidaire et écologique » (extrait de programme)

POUR UNE PROVENCE VIVANTE
Le provençal est l’un des grands dialectes de l’espace occitan. « Paradge e Convivéncia » en sont les marqueurs de l’esprit d’accueil et d’ouverture au monde porté par cette langue au travers des siècles. Nous devons en retrouver la trace, le goût, la couleur et la saveur dans notre quotidien.

-Grâce aux enfants d’Orange en ateliers et avec l’appui des Archives Municipales, nous ferons renaître les noms provençaux de nos espaces publics

– L’affichage bilingue des noms des places, rues, voies et autres lieux de circulation et de retrouvailles pour une langue présente au quotidien

-Orange portera le Festival des cultures des peuples d’origine du monde entier au Théâtre Antique et affirmera haut et fort le respect que nous portons aux histoires longues des peuples et de leur culture.

-Enrichissons l’histoire d’Orange et de son territoire en finançant une bourse de recherche doctorale à un ou des étudiants. Ce travail viendra enrichir le musée de la ville.

– Des livres pour enfants et adultes, des expositions, des disques, des conférences pour se réapproprier la langue de notre territoire.

« Municipales 2020 à Orange : la liste de F. Haloui s’élargit » (La Provence, 31 janvier)

Anne-Marie Hautant et Alain Guenin rejoignent la liste « Décidons Orange solidaire et écologique » avec l’objectif d’arracher la ville à l’extrême droite https://www.laprovence.com/article/edition-vaucluse/5870273/la-liste-de-f-haloui-selargit.html

Anne-Marie Hautant conseillère municipale sortante et ancienne vice-présidente de la région PACA (2010-2015) https://decidons-orange2020.fr/equipe/colistiers/

—————————————————————————————–

En Béarn (région Nouvelle Aquitaine)

Thérèse de Boissezon t2b64@free.fr

A Vilhèra/Billère que son tres personas en posición eligibla qui son sus la lista d’esquèrra (democratica, sociale e ecologica) miada per Jean-Yves Lalanne. La comuna que situa dens l’agglomeracion paulina e qu’a quasi 14000 ciutadans.

Bayssac Julien : Qu’èri elejut de la majoritat passsada. Qu’èi 31 ans e que soi professor au collègi Calandreta de Pau. Que soi tanben inscriut dens lo mitan occitan locau pr’amor d’estar associatiu e membre actiu de numerosas associacions atau com « Accents du Sud » (Festival Hestiv’òc) « La civada », « Art’òc »…

Que serèi, suu futur mandat, delegat a « la lenga e au patrimòni regionau ».

Thérèse de Boissezon :  Qu’èri elejuda dens ua comuna au ràs de Vilhèraa Lescar en 2014 dab lo label Bastir. Que mudèi a Vilhèra e qu’integrèi lavetz l’equipa deu maire en plaça. Aquera lista d’esquèrra e ecologista, que m’isenteishi plan dehens. La companhia deus dus autes elejuts occitanistas qu’eitan ben un ben e que balharàt à l’aviéner un cèrt pes dens las proposicions e accions nostas.

Patrick Mauboulès : Qu’ei lo mentres aumandat, que soi retirat e membre actiu de la SEPANSO 64. La SEPANSO qu’ei ua associacion de deféncia de l’enviroament e qu’avem obtienut, debut de mar, la comdamnacion per pollucion, de l’enterprèsa SOBEGI filiala de TOTAL.

Billère pour tous Vilhèra per tots

La politique linguistique doit faire preuve de transversalité.”

Voici quelques propositions :

  • Pour la communication et l’espace public
  • la signalétique bilingue en graphie classique pour renforcer la langue dans le périmètre public
  • la valorisation du caractère traditionnel de la municipalité
  • la présence de la langue dans les supports de communication de la ville.
  • Une action en direction des acteurs privés ( commerces divers, restaurants cafés…) afin de les encourager à utiliser la langue
  • Pour l’enseignement en langue régionale. 
  • création d’une école immersive Calandreta
  • soutien aux cours pour adultes en aidant les associations enseignantes (subventions, prêts de salles…)
  • augmentation des prestations périscolaires en occitan (danse, chant, sport…)
  • Le développement d’une offre tournée vers la petite enfance (garderies, crèches) où l’offre linguistique doit être présente afin que l’on puisse travailler en amont de l’école.
  • Pour le domaine culturel et événementiel
  • un soutien financier pour les associations culturelles
  • un soutien pour la création et la médiation en occitan
  • Une valorisation du travail des associations (dont l’objet n’est pas la langue)  qui s’associeront à la mise en valeur de la langue

La politique en faveur de l’occitan est aussi un moyen de donner à partager la langue du territoire à tous ceux qui s’y installent. Nous restons de toute façon dans le domaine de l’incitation par l’offre généralisée et facilitée, jamais dans l’imposition.

Dernier point pour des écologistes il est normal de se dire

“Nous luttons contre le réchauffement climatique donc luttons contre le refroidissement culturel qui est l’uniformisation qui nous guette  si nous n’y prenons garde.”

Pau (80000 cuitadans) : Qu’avem ua candidata en posicion eligibla suu la lista ecologista miada per Jean-François Blanco. Maëva Caubet qu’a 25 ans e qu’ei regenta a Calandreta.

Que serà, mercés a la soa posicion (6au) sia adjunta sia membre de l’opausicion.
Il y a une personne en position éligible à Pau (80000habitants). Elle s’appelle Maéva CAUBET, elle a 25 ans et elle est institutrice en Calandreta.

Elle est en position éligible sur une liste écologiste de gauche. Elle sera adjointe avec un budget dédié à la socialisation de la langue, si la liste est élue. Elle sera élue d’opposition, si la liste ne  réussit pas à foutre en l’air Bayrou.

Jurançon  (7000 habitants) : Daniel Barneix candidat dejà elejut d’opausicion desempuish 2014 sus ua lista d’esquèrra. Membre actiu de l’associacion Ligams qui organiza la Passem e ancian president de la Federacion 64 de las Calandretas. 56/44 %  élegits d’opausicion un cop de mei.

Salies de Béarn (4600 habitants) Joan-Francès Tisné sus ua lista d’esquèrra ecologista.

Ensemble pour demain – Amassas per doman miada per Nicolas Benegui 14,34 % 283 votz

Los autes :

Salies au cœur Laurent Sainte-Cluque 43,72 % 863 votz

Tous pour Salies Thierry Cabanne 41,94 % 828 votz

La lista, « Amassas per doman », que n se mantienem e non ne hèpas aligança dab qui que sia.

Lescar (11 000 hab) : Isabelle Franco, Bernard Carouché (liste du maire sortant, 2éme tour bien placés)

David Grosclaude grosclaude.david@wanadoo.fr

J’étais  en quatrième position sur la liste « Artix Partageons demain » !
En plus de ma candidature, il y avait  deux personnes qui sont des mères de Calandreta (Calandreta d’Artix)
L’ensemble de la liste a adhéré à ce qui nous parait important :
-question écologique
-langue occitane
– Développement économique dans le respect de la sécurité et de la santé des travailleurs et des populations (17 installations Seveso 2 dans la zone proche).
Je ne développe pas les autres points qui vont de soi (justice sociale, égalité des chances etc…).
C’est une liste composée de gens de tous horizons politiques et idéologiques.
Il n’y a que deux listes. La nôtre et celle du maire sortant.
Je suis conseiller municipal sortant…d’opposition
Notre liste est menée par une femme.
Le covid a favorisé l’abstention et la prime aux sortants. L’ancien maire a été réélu au premier tour.

Les élu.e.s du Béarn avec des sensibilités occitanistes dans des villages et petites villes:
Espoey (1 169 hab) : Corinne Rouyet
Ger (1890 hab)  : Corinne Fachen
Benejacq (1932 hab) : Jean Robert Pemoulié
Arette (1023 hab)  : Fabienne Couture
Uzos (708 hab)  : Céline Cormy
St Armou (631 hab)  : Odile Britis
St Faust (757 hab): Michel Perpignaa
Bedous (585 hab) : Henri Bellegarde
Lys (343 hab) : David Bordes
St Goin (217 hab) : Louis Benoit
Lasseubetat (207 hab) : Laure Cerizet
Castet (159 hab) : Didier Peyrusqué
Vigne (415 hab): Bastien Dupouts
Lamarque Pontacq (783 hab) : Jordin Hortein
Cette Eygun ( 73 hab): Serge Mahourat
Lescun ( 185 hab) (585 hab) (1932 hab) : Patrick Rachou
Osse en Aspe  : Alain Quintana
Bournos (334 hab) : Emma Larrieu
Louvie Soubiron ( 122 hab) :  Jean Lin Fourguet
Abidos (237 hab) Bernard Cazenave
————————————————————————————————

(suite) Région Nouvelle Aquitaine

Yves Boissières,élu à Frespech (47), qui se représente en tête de liste, dans l’opposition avec une liste rénovée. Es estat elegit tornar mas sens averganhat la majoritat.

En Dordogne, à Condat-sur-Vézère, Stéphane Roudier, maire sortant, s’est représenté. Es estat elegit tornar amb son esquipa al primier torn.

—————————————————————————————————————

En Auvergne (región Auvergne-Rhône-Alpes)

GustaveAlirol <gustave.alirol@orange.fr>

A Clermont-Ferrand (63), Dominique Château-Arnaud, est candidat sur la liste P.S.-EELV de D. Bianchi (maire sortant P.S.). A Clarmontd’Auvernha, la tièra de Bianchi es arribada e testa al primier torn e probablament se mantendrà tal coma al segond torn… Domenge es pas elegible mas lo promier daus non elegibles.

—————————————————————————————————————

En Languedoc

Alan Roch<alan.roch@wanadoo.fr>

À Carcassonne (11), comme représentant du Partit Occitan, je suis en quatorzième position (éligible) sur la liste Une énergie nouvelle pour Carcassonne  (30 % PS, 70 % gauche), menée par Tamara Rivel, vice-présidente PS au Conseil Départemental.

Délégation à l’occitan en cas d’élection. En direction des calandretas (écoles maternelles,  primaires) et enseignement public bilingue occitan-français.

Six autres listes :
– RN
– municipalité sortante
– LRM
– Gauche-gauche (Verts, PC, Insoumis, Ensemble…)
– une ex Conseillère régionale PDS
– une liste apolitique menée par l’ancien DGS de la commune


A Toulouse (31), soutien du POC à la liste Archipel citoyen (gauche unitaire) menée par l‘écologiste Antoine Maurice.
Jean-Charles Valadier co-listier chargé des questions occitanes, élu dans des mandats précédents (avec l’équipe Cohen).

Résultat du 1er tour : 2e liste élue, avec 28% des suffrages. https://www.larchipelcitoyen.org/le-partit-occitan-soutient-le-collectif-archipel-citoyen/

https://www.facebook.com/notes/archipel-citoyen/le-partit-occitan-soutient-le-collectif-archipel-citoyen/2729385447HYPERLINK « https://www.facebook.com/notes/archipel-citoyen/le-partit-occitan-soutient-le-collectif-archipel-citoyen/2729385447131179/ »131179/

https://twitter.com/archipelTM/status/1234544075145175040

Guilhem Latrubesse guilhem.latrubesse@wanadoo.fr

Sur les attendus, il y a:
– Un vrai plan / programme pour développer l’occitan avec des moyens, 1 élu, des services, un relais au cabinet (Moudenc n’a pas structuré cela pendant son mandat)
– L’éducation tant Calandreta (il existe actuellement un projet de cité scolaire sur le lieu du collège aux Pradettes en utilisant le foncier disponible autour pour créer une cité scolaire Collège/Lycée ainsi que la 3ème calandreta) que section bilingue publiques + pression sur le Rectorat => ne pas se contenter de critiquer l’inaction de l’Etat, mais engager aussi des actions sur les compétences éducation (centre de loisirs avec animateur bilingue…)
– La signalétique et notamment les annonces dans le tramway, les bus
– La dimension économique, notamment sur le tourisme et les productions locales (Nadia a présenté le « Fabricat a Tolosa »)

Sur les spécificités d’Archipel Citoyen
:
– Un plan de développement de l’occitan qui sera co-construit démocratiquement avec les acteurs associatifs occitans + en associant des acteurs partenaires (éducation, recherche, économie, culture…) => avec une vocation de sortir l’occitan de son statut de langue menacée, de le faire en lien avec les autres collectivités
– Sur les annonces, rappeler que c’est un écolo qui l’a permis initialement (Stéphane Coppey) et que cela a évolué par la suite avec d’autres équipes (annonce réenregistrées, pédagogie)
– Sur l’éducation, les éléments du programme Archipel Citoyen sont clairs
– La partie événementielle n’a pas été traitée par Nadia. Des rendez-vous comme le feu de la Saint-Jean, la célébration des libertés communales, l’intégration de programmation en Occitan au sein des scènes classiques, permet là aussi de toucher un public plus large
– Une politique tournée vers l’ensemble des citoyens, l’occitan fait partie du patrimoine de Toulouse et il est mis en partage, de façon pédagogique auprès de tous les habitants pour qu’ils découvrent/comprennent où ils vivent, mais aussi auprès des visiteurs => ce n’est pas une politique pour la « communauté » occitane ou les occitanophones, mais bien pour l’ensemble des habitants
– Bien sûr, les volets « décentralisation » + « Catalogne » sont importants, même si on vous demandera ce que LFI pense du sujet décentralisation.

Martine Boudet boudetm@wanadoo.fr

Pour préciser les points de programme adoptés dans le cadre du partenariat avec Archipel citoyen et formulés par le tête de liste à la rencontre des candidat-e-s organisée par Convergencia Occitana (le mercredi 4 mars) , il y a

la création de structures scolaires (calandretas, collège/lycée, sections bilingues), qui réponde aux demandes du public et qui favorise la communication en occitan en ville

le bilinguisme dans le tramway et les bus, comme c’est le cas pour le métro actuellement

la constitution d’une agora qui réunisse régulièrement élus municipaux, départementaux, régionaux et de la métropole, avec les organisations spécialisées, pour faire le point sur les avancées en matière de promotion de la langue et de la culture occitane

la promotion de deux dates de commémorations et à caractère festif, le 24 juin (date qui fait coïncider la saint Jean et la libération de Toulouse de par la mort de Simon de Montfort) et le 6 janvier (date anniversaire de la création du capitoulat, octroyé par le comte de Toulouse).
Cette dernière devant être promue en dehors du Capitole, pour la rendre plus populaire, comme la première (qui a lieu, elle, depuis trois ans au jardin des plantes).

la participation à la manifestation unitaire du 4 avril au rectorat, pour protester contre la loi Blanquer sur le lycée et le bac, qui menace de liquidation l’enseignement des langues régionales, dont l’occitan.

———————————————————————————————-

Annexe: RPS: carte des candidatures par région
https://framacarte.org/fr/map/municipales-2020-candidatures-soutenues-par-region_70259#5/46.073/5.317

 

80e anniversaire de la Retirada -Pour un parcours balisé et une journée annuelle de commémoration-      

                Une année de commémoration en région Occitanie-Pais catalan

Le Partit occitan rend hommage aux combattant.e.s du fascisme et salue les différentes manifestations, qui ont été organisées à Collioure, à Argelès-sur-Mer, entre Mollo et le col d’Arès à la frontière, à Arles-sur-Tech, au Boulou, à Oloron, à Perpignan, à Toulouse, à Montauban…, tant à l’initiative de la société civile que des pouvoirs publics[1]. C’est le refus de la banalisation de cette page souvent tragique, vécue par un demi-million d’Espagnol.e.s en terre catalane et occitane. Par delà les reflux de l’histoire -nazisme et pétainisme-, c’est l’expression du partage par nos communautés des mêmes principes démocratiques et humanistes.

Le Partit occitan salue la démarche de « justice mémorielle » en Espagne même: recherche des dépouilles des victimes du franquisme, évacuation des restes de Franco du Valle de los Caidos, identification des enfants volés à leurs parents républicains…

Le POC rappelle que le gouvernement de la République espagnole  et la Generalitat catalane ont négocié en 1932 un large statut d’autonomie, et le premier. En cette période de recentralisation autoritaire, tant en France qu’en Espagne, cet épisode est à commémorer également.

                         Parcours balisé de la Retirada et date annuelle de commémoration

Il importe de pérenniser ce patrimoine politique en terre catalane et occitane, avec la mise en place d’un parcours balisé de l’exil républicain, par la Région Occitanie et par le Conseil départemental des Pyrénées orientales : signalétique routière recensant les différents camps d’internement, documentation officielle mise à disposition dans les centres culturels, les établissements scolaires, les offices de tourisme…
Il faut décider également d’une journée de commémoration. La Generalitat a décrété comme date annuelle le 5 février, jour de l’ouverture des frontières françaises aux soldats républicains en 1939.

Le spectre nationaliste et xénophobe des années 30 qui plane sur notre époque incite à cette démarche. Au-delà du devoir de mémoire, il s’agit  d’oeuvrer en faveur d’une politique plus ouverte de l’accueil des migrant.e.s et d’un soutien mutuel plus effectif à la cause, fragile, des systèmes démocratiques.

[1] Voir le dossier de France bleu (site)

https://www.francebleu.fr/infos/international/retirada-l-exil-republicain-espagnol

https://www.francebleu.fr/infos/international/video-80e-anniversaire-de-la-retirada-l-exil-des-republicains-espagnols-1548429440