Vème république, scandales d’État… en finir avec le centralisme despotique !

A l’heure où le processus de révision constitutionnelle est suspendu par le gouvernement et où un nouveau scandale d’État se fait jour, rappelons que ce scandale de plus n’existe que parce que la constitution actuelle le permet.
Cette constitution soumet les pouvoirs judiciaire et législatif au pouvoir exécutif. De ce fait, le risque est grand d’une dérive autocratique (ou pire), car il n’existe aucun contre-pouvoir, et c’est bien ce que l’on constate aujourd’hui encore.
Il est grand temps de prendre conscience du déni de démocratie que représente cette Vème république et des dangers d’un projet de réforme qui ne fait que l’accentuer. Que, par ailleurs, le Président assume la responsabilité de ce qui s’est passé n’enlève rien à la gravité des faits et au dysfonctionnement du système ; bien au contraire cela en souligne la cause principale qu’il convient d’éradiquer.

Il est grand temps de réformer l’Assemblée pour en faire une chambre élue à la proportionnelle intégrale et un Sénat, qui soit la véritable expression de régions à redéfinir. Ce qui passe par la nécessaire disparition des départements, niveau administratif obsolète en ce XXIème siècle.
Il est grand temps que les hauts magistrats du parquet cessent d’être sous tutelle du garde des sceaux et du Président de la République.
Il est grand temps que le Parlement redevienne le maître d’œuvre de l’élaboration des lois.
Il est grand temps d’abroger cette constitution et d’instaurer une république fédérale où le pouvoir central serait rééquilibré par de véritables pouvoirs régionaux.
Le Partit Occitan en appelle à tous les peuples de France et à tous les territoires afin qu’ils œuvrent à la mise en place une Constituante pour une VIème république fédérale.

Partit Occitan, 25 juillet 2018

 

Photographie AFP, Ludovic MARIN

Des télévisions pour faire entendre nos régions – Des émissions en langue occitane

Des télévisions pour faire entendre nos régions – Des émissions en langue occitane

A l’heure de la réforme de l’audiovisuel public, la question des missions de la télévision publique en région se pose. Quand des antennes locales sont menacées de disparition, le Partit Occitan propose au contraire de renforcer l’ancrage territorial de France 3, pour être une vraie fenêtre d’actualité de nos régions et un lien avec les citoyens, à côté d’autres initiatives privées comme viàOccitanie.

A l’instar d’autres pays européens, le gouvernement français devrait abandonner le modèle centralisé et parisiano-centré de ses médias, pour donner plus d’espace à de véritables télévisions régionales qui pourraient innover et se différencier dans une offre de programme repensée. L’occasion de développer aussi d’autres formats pour répondre à l’évolution de la consommation des médias, notamment via le web pour les plus jeunes.

Aujourd’hui, les citoyens des régions occitanes versent annuellement 139 € de contribution à l’audiovisuel public (redevance télé), sans qu’ils aient pour autant une offre en occitan comme elle peut exister pour les Bretons, les Alsaciens ou les Corses où une émission en langue régionale est proposée tous les jours. L’occitan ne doit pas être réservé qu’au samedi et dimanche !

Nous appelons donc à manifester ce samedi 3 février à 14h30 à Toulouse, allées du Président Franklin Roosevelt (Métro Jean-Jaurès) à l’appel du Collectiu Occitan.

Volèm l’occitan cada jorn a la television publica, a France 3*

Volèm una vertadièra television de país amb de redaccions decentralizadas*

Comité Partit Occitan Pais Tolosan – En davant !

Collectiu Occitan : Convergéncia Occitana, CREO, Confederacion Calandreta, Partit Occitan, EELV Occitania, Pais Nostre, Partit de la Nacion Occitana, Esquèrra Revolucionari Occitana, Bastir, Macarèl, Associacion Zo.

* Nous voulons l’occitan tous les jours à la télévision publique, à France 3

* Nous voulons une véritable télévision de pays avec des rédactions décentralisées

Plus de 11000 signatures pour la pétition « Ni Sud ni Paca, mais Provence »

14 janvier 2018, la pétition lancée par Hervé Guerrera ancien conseiller régional affilié à la section provençale du Partit Occitan « Région Provence » dépasse les 11000 signataires et obtient de nombreux échos dans la presse.

Signer la pétition

Le Conseil Régional, « Provence-Alpes-Côte d’Azur » vient d’entériner une notion totalement inadaptée à l’émergence d’une vraie personnalité régionale ouverte. Il souhaite dénommer notre région « SUD – Provence-Alpes-Côte-d’Azur« . Au-delà de la longueur de l’appellation, qui nous a valu l’affreux acronyme PACA, l’on ne peut que déplorer, dans SUD, le dénigrement de ce qui fait vraiment notre région ainsi que l’absence de débat autour d’une décision totalement hors sol.

Originellement, culturellement, linguistiquement… cette région est la PROVENCE inventée par la démocratie grecque, les républiques romaines et les divers apports méditerranéens. C’est la PROVENCE des villes franches et des grand citoyens, la PROVENCE des révolutionnaires, des républicains de 1851 et des résistants. Elle est certes diverse, de Nice à Marseille, de Toulon à Briançon, d’Avignon à Forcalquier mais unie dans cette diversité. Sa langue qui s’exprime en provençal, niçois, alpin est l’exemple même de cette intercompréhension.

Nous demandons que le nom historique de PROVENCE, connu dans le monde entier, soit rendu à notre territoire, suscitant ainsi l’adhésion citoyenne et populaire au projet régional !

Hervé GUERRERA, Région Provence, section provençale du Partit Occitan

Cette pétition sera remise à:

  • Monsieur le Président de Région

Signer la pétition

Catalonha : Victoire de la démocratie et naissance d’un nouvel État Européen !

Avec plus de deux millions de voix et une majorité absolue reconduite les indépendantistes, JUNTS, ERC & CUP sortent renforcés de ces élections.

Le Partit Occitan salue le courage du peuple catalan qui, dans la paix et par le vote, valide la République sociale Catalane.

Il en appelle à l’arrêt immédiat de la répression, à la libération des prisonniers politiques, à la reconnaissance par l’État espagnol du résultat des urnes!

Le Président Puigdemont, reconduit dans sa majorité et ses fonctions, annonce son retour qui sera triomphal. Aucun démocrate ne pourrait comprendre qu’il soit inquiété!

L’Europe, jusque là dangereusement muette sur l’attitude d’un État punitif, doit désormais veiller à ce que la voix des Catalans soit respectée et entendue. Leur persévérance, dans la résistance à tous les diktats, est exemplaire. Elle est un modèle pour les peuples de France en lutte contre une structure étatique centralisée, dépassée et pour l’autonomie.

En Catalogne le peuple souverain a décidé : OUI A UN NOUVEL ÉTAT EUROPÉEN ! OUI A L’ÉLARGISSEMENT INTERNE DE L’EUROPE ! OUI A UNE EUROPE DES PEUPLES ET DES RÉGIONS ENFIN SOLIDAIRES !

Conseil fédéral du Partit Occitan

contact : premsa@partitoccitan.org

 

Occitania saluda la republica sociala catalana !

Le parlement démocratiquement élu de Catalogne a pris en déclarant l’indépendance, sur la base des résultats du referendum du 1 Octobre, une décision historique.

Le processus qui fera pleinement de la Catalogne un État européen indépendant, reconnu par tous, est maintenant irréversible. Nous souhaitons longue vie à cette nouvelle république sociale!

La mise sous tutelle décidée par l’État Espagnol n’est que la suite logique du refus du dialogue, de la répression, de l’humiliation… dans lesquels se sont enfermés le gouvernement corrompu de Rajoy et la fantoche monarchie espagnole. Les dirigeants français et européens quasi unanimes qui les soutiennent sans réserve seraient mieux inspirés de s’interroger sur l’Histoire et de ne pas insulter l’avenir.

Dans ce contexte il appartient aux responsables catalans, par la citoyenneté, par la résistance civile et pacifique, de trouver les voies d’un nouveau vivre ensemble.

C’est un peuple tout entier, un peuple fier de son histoire, un peuple attaché à la démocratie et à la république, un peuple déterminé qui saura résister et se mobiliser pour que la Catalogne trouve enfin sa juste place dans le concert des États européens et des Nations Unies.

 

Le Parlament democraticament elegit de Catalonha a pres una decision istorica sus la basa dels resultats del referendum del 1èr d’octobre.

Le processus que farà plenament de Catalonha un Estat europenc independent, reconegut de tots, es ara irreversible. Desiramvida longa a-n aquesta republica sociala !

La mesa jos tutèla decidida per l’Estat Espanhòl es sonque la seguide logica del refús del dialòg, de la repression, de l’umiliacion… dins les quins se son embarrats le governament corromput de Rajoy e de la monarquia espanhòla fantauma. Les dirigents francés e europencs quasiment unanims que les sostenon sens resèrva serian més inspirats de s’interrogar sus l’Istòria e escornar pas l’avenidor.

Dins aquel contèxt aparten als responsables catalans, per la ciutadanetat, per la resistència civila e pacifica , de trobar les camins d’una convivéncia nòva.

Es un pòble tot entièr, un pòble fièr de son istòria, un pòble estacat a la democracia e a la republica, un pòble determinat que saurà resistir e se mobilizar per que Catalonha tròba enfin sa plaça justa dins le concèrt dels Estats europencs e de las Nacions Unidas.

 

Contact : renaudsavy.partitoccitan@gmail.com

Comunicat Region Provença : Catalan de luench ò fraire…

L’État espagnol ne peut plus ignorer la voix d’un million de personnes mobilisées dans les rues de Barcelone pour réclamer l’organisation d’un referendum d’autodétermination. Sa réponse brutale, policière, répressive, d’un autre temps ne fera jamais taire la volonté de tout un peuple ! Provença – Catalunya Solidaritat !

Òc, l’aspiration de tout un peuple à vivre libre, en paix, au sein de l’Europe est légitime !

Òc, le droit à l’autodétermination est, comme le droit de vote, imprescriptible et reconnu en tant que tel par l’ONU. Aucune institution démocratique ne saurait le remettre en cause !

Òc , tous les démocrates et républicains sincères ne peuvent que soutenir la volonté des Catalans d’en finir avec une monarchie portée sur les fonts baptismaux par la dictature sanglante de Franco.

Òc le 1 Octobre, malgré les manœuvres, les intimidations, les diktats, les arrestations totalement arbitraires … la tradition catalane de résistance aura le dernier mot!

Òc, cette « estaca – attache, chaîne », comme d’autres par le passé, ne résistera pas devant une communauté solidaire : « Segur que tomba, tomba, tomba I ens podrem aliberar- C’est sûr elle tombera, tombera, tombera, Et nous pourrons nous libérer. »

Òc le combat des Catalans s’inscrit dans une démarche transfrontalière avec la Catalogne Nord, internationale avec l’Europe des peuples et des régions solidaires. Il ouvre la voie à une vraie représentation de toutes les nationalités!

Òc au nom les liens anciens de la Provence et de la Catalogne qui nous a offert son drapeau et « la Coupo » et comme l’ensemble des régions occitanes nous nous mobiliserons aux côtés de nos frères pour le droit et la démocratie!

Comunicat : Qu’èm hòrt preocupats per la situacion en Catalonha

Lo govèrn de Madrid que pren lo risc d’ua escalada en Catalonha

Aqueste matin la Guardia Civil, sus l’ordi deu govèrn de Madrid, qu’ei entrada en los bastiments de diferentas institucions del govèrnament autonòme de Catalonha. Qu’an interpelat un dotzenat de personas.

Desempuish mantuns dias la tension qu’ei hòrta en Catalonha. Los maires favorables au referèndum son convocats devant la justícia. Perquizicions que son miadas entà sasir tot document qui posca promòver lo referèndum. Deu son costat lo govèrn de Catalonha que confirma tota la soa volontat d’organizar lo referèndum sus l’independéncia deu 1 d’octobre.
En dehòra de tota presa de posicion sus la question de l’independéncia de Catalonha que consideram qu’ei necessari de consultar democraticament los catalans entà que poscan díser çò que vòlen. Que serà « òc » o que serà « non » mes las causas que seràn claras, com ne deven estar en democracia.

Se lo govèrn espanhòu de Madrid e considèra qu’aqueth referèndum n’ei pas legau non i a pas nat dobte que sia legitime. Efectivament la decision de l’organizar qu’ei estada presa per un parlament catalan democraticament elegit. 

Lo govèrn de Madrid qu’ei donc dens l’obligacion de prepausar ua solucion. Aquesta solucion qu’ei de crear las condicions entà que sia organizada ua consultacion deus catalans entà que poscan díser se vòlen un Estat independent o se vòlen demorar en l’Estat espanhòu en condicions d’autonomia qui son a determinar.

Non i a pas nada auta solucion que d’aplicar los principis democratics basics.
A las decisions de Madrid de uei que responen per l’òra manifestacions pacificas de milierats de catalans qu’apèran a la defensa de la democracia e qui afirman en disant « Votarem ! » que son determinats a votar lo 1er d’octobre. Que saludam los responsables màgers deus partits e de las organizacions catalanas favorablas au referèndum pr’amor qu’apèran a la mobilizacion pacifica deus ciutadans de Catalonha.

Que cranhem que las decisions deu prumèr ministre Mariano Rajoy e deu son govèrn sian de natura a méter en perilh la democracia. Qu’ei ua escalada perilhosa qui an causit las autoritats de Madrid.

 

Nous sommes très préoccupés par la situation en Catalogne

Le gouvernement de Madrid prend le risque d’une escalade en Catalogne

Ce matin, la Guardia Civil, sur l’ordre du gouvernement de Madrid, est entrée dans les bâtiments de différentes institutions du gouvernement autonome de Catalogne. Une douzaine de personnes ont été interpelées.

Depuis plusieurs jours la tension est forte en Catalogne. Les maires favorables au référendum sont convoqués devant la Justice. Des perquisitions sont menées afin de saisir tout document qui puisse promouvoir le référendum. De son côté le gouvernement de Catalogne confirme toute sa volonté d’organiser le référendum sur l’indépendance du 1er d’octobre.

En dehors de toute prise de position sur la question de l’indépendance de la Catalogne, nous considérons qu’il est nécessaire et indispensable de consulter démocratiquement les catalans afin qu’ils puissent dire ce qu’ils souhaitent. Ce sera « Oui » ou ce sera « Non» mais les choses seront claires, comme elles doivent l’être en démocratie.

Si le gouvernement de Madrid considère que ce référendum est illégal il n’y a pas de doute qu’il soit légitime. Effectivement la décision de l’organiser a été prise par un parlement catalan démocratiquement élu.

Le gouvernement de Madrid est donc dans l’obligation de proposer une solution. Cette solution est de créer les conditions pour que soit organisée une consultation des catalans afin qu’ils puissent dire s’ils veulent un État indépendant ou s’ils veulent demeurer à l’intérieur de l’État espagnol dans des conditions d’autonomie qui sont à déterminer.

Il n’existe aucune autre solution que d’appliquer les principes démocratiques basiques.

Aux décisions de Madrid d’aujourd’hui répondent pour le moment des manifestations pacifiques de milliers de catalans qui en appellent à la défense de la démocratie et qui affirment en disant « Votarem ! » qu’ils sont déterminés à voter le 1er d’octobre.

Nous saluons les principaux responsables des organisations citoyennes et des partis politiques catalans favorables au référendum en raison de leur appel à une mobilisation pacifique des citoyens de Catalogne.

Nous craignons que les décisions du premier ministre Mariano Rajoy et de son gouvernement soient de nature à mettre en péril la démocratie. Les autorités de Madrid ont choisi une escalade dangereuse.

Réconcilier économie, identité et culture ? Accordar economia, identitat e cultura ?

Article original sur https://stephaneroudier2017.wordpress.com/

Je souhaitais partager avec vous cette analyse de Joan-Ive AGARD, enseignant-chercheur, à laquelle je souscris totalement.

Les langues régionales comme facteur de développement territorial ? 

Quand on observe les territoires métropolitains et ultramarins à forte identité, comme la Bretagne, la Corse, le Pays Basque et la Réunion, on constate que ces régions savent mobiliser leur langue et leur culture comme éléments de différenciation positive. Elles mettent en avant leur identité et la considère comme une opportunité pour leur territoire.

Ainsi, lorsque vous entrez en terre bretonne tout vous indique que vous y êtes : la géographie, les pierres, l’architecture, la signalétique routière, les cités, les offices de tourisme, les commerces, les artisans, les chambres d’hôtes, les restaurants et même les industries et les artistes, tous reprennent les emblèmes, les drapeaux, la langue pour se dire, se signaler, s’exprimer, s’affirmer en tant que terre bretonne.

Production, créations et services locaux sont systématiquement mis en avant. Dénominations, étiquettes, publicités, affiches… toutes utilisent la langue régionale et les couleurs, souvent en texte bilingue pour se démarquer.

Ainsi, le territoire et ses acteurs économiques, institutionnels et créatifs produisent un ensemble de messages et de signes qui concourent à l’émergence d’un milieu, d’une ambiance, d’un environnement cohérent, identifiable culturellement, c’est-à-dire un territoire qui se nomme !

Cette mobilisation des éléments culturels et patrimoniaux présente deux avantages majeurs et concernent deux cibles de populations principales. Tout d’abord elle permet de stimuler la cohésion sociale en renforçant le sentiment d’appartenance des acteurs locaux (la fierté d’être basque ou corse par exemple) avec un effet positif structurel : la volonté de vivre au pays, d’y développer une activité et de contribuer au bien commun.

D’autre part, le fait de s’appuyer sur l’identité permet une différenciation positive du territoire par les visiteurs. Cette distinction déclenche auprès des touristes un effet « d’exotisme proche », le sentiment de découvrir une différence inédite et enrichissante. Cette identité culturelle est un marqueur d’originalité, qui est un élément de plus en plus recherché par les « découvreurs de nos territoires », troublés par les effets d’une mondialisation uniformisatrice. L’identité, la culture régionale sont la réponse à leur quête hédoniste d’authenticité et d’expériences sincères.

Mais qu’en est-il de la situation périgourdine ?

La culture occitane périgourdine : une ressource gaspillée ?

Lorsque l’on examine le cas du Perigòrd, on ne peut que constater l’absence de la langue occitane dans les politiques de communication touristique pour ce territoire. En effet, très rares sont les utilisations de cette culture dans les offres des activités des industries créatives comme l’artisanat, la gastronomie, l’hôtellerie, l’œnotourisme, le sport, les festivals culturels… et les services touristiques.

Paradoxalement, le Perigòrd est la région où l’Occitan est encore le plus compris, le plus pratiqué au sein des familles et où la volonté de préserver ou de vivifier la langue est la plus élevée de toute la zone linguistique occitane.

En résumé, le Perigòrd, demeure un lieu de pratique relativement élevé, mais semble se désintéresser de ce patrimoine immatériel. Pire, les acteurs locaux et étrangement ceux qui ont la charge d’administrer le territoire ont tellement intégré la « vergonha » (vergogne en français, c’est-à-dire la honte) de leur langue qui la considère comme un patois déclassé. Aussi, la mobilisation de l’occitan est-elle marginale et elle est considérée comme une démarche passéiste, sans valeur et sans avenir.

Une ressource déterminante pour les industries créatives

Regardons à présent où se porte l’attention et les réalisations des politiques publiques en Perigòrd. Un exemple emblématique domine. La très belle réalisation du nouveau « mastodonte » touristique de Lascaux IV résume la situation locale. Le territoire se nomme et s’exprime par la Préhistoire.

C’est un choix stratégique qui a certes des vertus mais qui possède un trait faible pouvoir d’identification positif pour les habitants. Se projeter en tant qu’homos sapiens préhistorique, même en tant que Cro-Magnon artiste des âges anciens, est particulièrement difficile. Alors que la culture occitane, est, elle, dans l’Histoire ! Ainsi, notre territoire appartient à une culture millénaire brillante qui a contribué au fondement des formes de la littérature occidentale (poésie, prose, chant, avec notamment le mouvement littéraire médiéval des Trobadors). Elle véhicule des valeurs humanistes d’une extrême modernité comme celle du « Paratge » (noblesse de cœur, puis notion d’égalité dans la diversité). Elle permet de générer un sentiment de distinction positif. 

En conclusion, à l’instar des territoires comme la très moderne Catalogne, le bouillonnant Pays Basque, si le Perigòrd savait mobiliser sa culture, sa langue occitane comme une ressource, un atout, un ensemble d’activités et de professions appartenant aux industries créatives comme les : formateurs, enseignants, artistes, auteurs, traducteurs, designers, éditeurs, doubleurs, vidéastes, cinéastes, scénaristes, graphistes, créateurs de jeux vidéo, informaticiens, web-managers, web-designer, community managers, imprimeurs… pourraient s’agréger, se développer sur le territoire. Une véritable économie créative liée à la culture, au tourisme qui valoriseraient les productions et les services locaux en circuits courts et durables pourraient se révéler.

C’est la raison pour laquelle nous sommes intimement persuadés qu’une telle démarche, permettrait de réconcilier économie, identité culture pour « lo ben de tots ! (le bien de tous !)»

Joan-Ive AGARD

Enseignant chercheur.

Déclaration de candidature d’Anne-Marie Hautant dans le Vaucluse

Mon histoire familiale m’a coupée de mes racines normand­ bretonne. J’ai un attachement viscéral à cette terre provençale qui m’a accueillie. Ma reconnaissance est portée par mes enfants qui ont suivi un parcours d’enseignement bilingue « provençal­-français » depuis la maternelle. Je vois ainsi germer en eux la graine de l’ouverture sur le monde et du respect de la différence.

Le monde nouveau se construira autour de 2 mots : Biodiversité et Ethnodiversité.

Viure, decidir e trabalhar au païs ! L’Assemblée Nationale est le lieu où doit être débattue notre identité française et obtenue une vraie décentralisation avec des régions fortes et autonomes !

Etre régionaliste c’est redonner du sens à la vie, remettre l’humain au centre de nos actions et :

-Décider, chez nous de notre devenir : « penser global ­agir local » est le gage de l’efficacité.

-Regarder les différences comme une mine de richesses dont chacun doit être fier.

-Refuser la mise en concurrence mortifère entre tous et chacun : ce qui n’a plus de prix ne vaut rien !

-Affirmer la démocratie locale et lutter contre les « baronnies » qui gèlent nos territoires

-Démontrer que l’avenir de nos enfants est possible chez nous et pas uniquement à Paris !

-Défendre la ruralité, stopper le départ de nos forces vives vers la capitale ou les métropoles

-Réaliser ici notre développement économique et culturel à partir de nos richesses propres

-Assurer la solidarité entre tous et défendre l’idée d’un monde juste, équilibré, respectueux.

-Acter que le monde est un village et que rien ne peut se passer ici sans conséquences ailleurs.


Les états-nations, le manque de courage des politiques, l’ultra libéralisme triomphant ont mené le monde au bord du gouffre … Les régionalistes qui aspirent à « un monde des régions et des peuples solidaires » sont dans le sens de l’histoire et portent les idées pour « ne pas rater la transition en marche ».


Grâce à votre vote cet horizon peut devenir réalité.


Les 11 et 18 juin prochains « envoyez-moi à Paris que je leur parle de notre Pays » !


Anne­ Marie HAUTANT

Le blog : https://annemariehautant.wordpress.com/

La page Facebook : Anne Marie Hautant – Législatives Vaucluse 4

DE MUSCLES SUS SON ROCAS ! STOP AUX MÉLENCHONADES !

Ais de Provença, 15 de mai

Après avoir été élu local, conseiller général et sénateur de l’Essonne, candidat battu à Hénin Beaumont, député absentéiste européen du Sud-Ouest Occitan, Jean-Luc Mélenchon, dans une logique de parachutage qu’on pensait révolue, jette son dévolu sur Marseille.

Appâté par les résultats des dernières présidentielles le chef autoproclamé de la France insoumise laisse, dans sa grande magnanimité, le choix aux électeurs autochtones : « Soit ce sera moi, soit vous resterez comme des moules sur votre rocher » a t-il déclaré.

Si la métaphore est adaptée à notre réalité littorale la comparaison avec ces invertébrés est, comme la méthode politique employée en matière d’atterrissage politique, tout particulièrement abjecte et méprisante.

Nous demandons aux électrices et aux électeurs de ne pas cautionner ces manœuvres électoralistes éculées.

Des quartiers populaires durement touchés par la misère et le chômage aux poches « boboisées » en passant par les populations les plus aisées, Marseille a exprimé sa contestation. Mais Marseille mérite mieux qu’une opération aéroportée sans lendemain !

Nous appelons donc les Marseillaises, Marseillais à porter leurs suffrages sur la candidature de leur député sortant : Patrick Mennucci.

Mouvement Région – Provence Fédération provençale du Partit Occitan

Fédération Régions & Peuples Solidaires

Mel : regionprovence@wanadoo.fr

 06 87 42 62 96